Édito n° 18 – Windows 10 gratuit ? non merci !

Depuis plusieurs semaines, Microsoft invite le monde entier à passer gratuitement à la dernière version de son O.S. Il suffit pour cela de mettre à niveau son système, pour autant qu’il s’agisse au moins de Windows 7. C’est vrai que les réfractaires qui s’obstinent avec XP et Vista, dont l’éditeur voudrait bien se débarrasser de la maintenance, sont exclus, mais autant éviter d’alourdir le fardeau avec Windows 7 et 8…
Donc depuis 1 an, Microsoft nous fait miroiter cette mirobolante perspective, et depuis 1 mois nous assaille de messages pour nous pousser à sauter le pas. Ce que j’ai fait, depuis mon bureau Windows 7, pensant télécharger le logiciel pour l’installer en machine virtuelle, car bien entendu, pas question de remplacer mon fidèle Seven. Malheureusement, ce que propose l’éditeur, c’est une mise à jour, ou plus précisément une mise à niveau (upgrade). J’ai donc dû reprendre l’opération à partir de Windows 8.1 que j’avais en machine virtuelle, car comme je l’avais expliqué dans mon édito n° 13, je ne voulais surtout pas l’installer autrement que pour pouvoir dépanner des utilisateurs qui l’emploient par nécessité (= achat d’un ordinateur fourni avec). Ça s’est fait, avec beaucoup de patience (2 bonnes heures), mais sans aucune difficulté : dommage en fait, car impossible ensuite de le faire fonctionner normalement sous Virtualbox, et ce n’est qu’en cherchant la solution que j’ai vu que VirtualBox 5.0 ne supportait pas Windows 10 : c’est vrai que chez Oracle, ils ne pouvaient pas imaginer que Windows 10 allait sortir, hein ! Va falloir attendre pour tester la bête, mais comme ce n’est pas pour une utilisation courante, ce n’est pas bien grave.
Le problème, c’est que dans Windows 7 les notifications m’invitant à installer Windows 10 ne cessaient pas : A chaque démarrage, et à chaque sortie de veille (et je mets en veille dès que je quitte mon ordi, même 10 mn) :

W10_spamCe matraquage publicitaire, cet insupportable harcèlement, vise à nous obliger à accepter leur système d’accaparement, que d’aucuns qualifient de véritable spyware : Windows 10. C’est déjà pour cela que je voulais pas Windows 8.X – et pas tellement pour sa double interface perturbante, comme la plupart des gens. Mais parce que depuis Windows 8, on ne peut pas utiliser pleinement l’OS sans être connecté à son compte Microsoft.
Je ne déteste pas spécialement Microsoft, j’ai la même attitude envers Google, dont Microsoft s’efforce d’imiter le modèle économique : créer un écosystème fermé dont on est entièrement captif, transformer nos PC en terminaux : puisqu’ils n’ont pas voulu l’appeler Windows 9, ils auraient dû l’appeler 36.15 ! Les conditions d’utilisation, que je dénonçais pour Windows 8, ont été durcies, dans le sens d’une dépendance toujours plus grande du client à l’égard de Microsoft.
Ces conditions d’utilisation, dont vous avez été averti si vous avez déjà un compte live/outlook.com, et que vous devriez lire en détails, sont critiquées par de multiples organismes, mais l’éditeur américain n’en a cure, d’autant plus que ses concurrents en font tout autant sans autre risque que le mécontentement épidermique de certains de leurs utilisateurs. A chacun donc d’en prendre son parti : le mien s’appelle Linux… et Windows 7 en dual-boot, tant que !

Ah ! Si vous en avez marre des notifications d’installation de Windows 10, ce tuto de Lecrabeinfo est le meilleur !
C’est vrai que c’est compliqué, et Mme Michu n’y arrivera pas. Preuve que c’est bien un programme malicieux, car sans doute beaucoup de gens finiront par craquer, en installant Windows 10 pour ne plus être emm…
Si vous l’installez, pensez à refuser les multiples mouchards qui vont avec. Sans croire que vous aurez gagné la préservation de votre vie privée : les mouchards que vous enlèverez sont ceux que Windows vous demande l’autorisation d’installer. Libre à vous de croire que ce sont les seuls ! En réalité, via votre compte en ligne, tout ce que vous ferez restera accessible à Microsoft… et à la NSA, accessoirement. Ah ! la CNIL donne aussi son tuto.

Aux dernières nouvelles, on apprend que Microsoft, pour atteindre ses ambitieux objectifs d’installation de Windows 10, installe sans demander les fichiers d’installation du nouvel O.S. sur les PC disposant d’une version antérieure… pour aider leurs utilisateurs à migrer, bien sûr, explique le porte-parole de MS ! Cependant, si vous n’avez pas l’intention de migrer, Microsoft vous aura quand même installé les mouchards qui lui permettent de vous vampiriser ! Alors si vous êtes sous Windows 7 ou 8, pensez notamment à désinstaller l’outil « Télémétrie » de Windows 10, qui est un des mouchards les plus intrusifs du nouvel O.S. : celui-ci s’est glissé subrepticement dans votre système via les mises à jour importantes (les pourris !) il y a quelques semaines, et s’appelle KB 3075249. La procédure de désinfection se limite aux premières étapes du tuto de Lecrabeinfo (ou d’autres sites).
Personnellement, désormais, j’ai modifié aussi Windows Update pour ne plus recevoir que les mises à jour de sécurité… En espérant que MS n’ira pas jusqu’à considérer que ses mouchards sont indispensables à notre sécurité ? Mais plusieurs autres mises à jour qui sont proposées pour Windows 7 et 8 sont aussi des mouchards : KB 3035583, KB 2976978, KB2952664, KB 3021917, KB 3022345 (mai 2015), KB 3068708 (15/06/2015), KB 3080149. Pour l’instant, ce sont les seuls que l’on connaisse…

Ma dernière « brève » fait le point des MAJ visant l’installation de Windows 10 à la place de votre Windows 7 ou 8.x