Réinitialiser et nettoyer un SSD

Remettre à zéro un SSD pour lui donner une nouvelle jeunesse, quand celui-ci a connu un effondrement de ses performances d’origine.

 

Ayant des problèmes avec mon SSD Summit 60 Go de marque OCZ, je me suis acheté dernièrement un Crucial M4 de 128 Go. Du coup, ça m’a obligé à me demander comment faire pour réexploiter mon « vieux » Summit… qui en moins de moins de 2 ans est complètement éreinté. Éreinté vraiment, car il a maintenant des perfs inférieures à mes HDD Spinpoint 7200 rtm, et qu’il m’occasionne des gels d’écran récurrents.

Une dégradation rapide des performances

La dégradation des performances des SSD de première et deuxième génération est bien connue des experts :
Si vous comprenez l’anglais, l’article de John Savill, de WindowsITPro, l’explique clairement.
Mais je vous renvoie aussi à l’excellent article de Sébastien de BHMag. Il explique non seulement cet aspect navrant des choses, mais tout ce qui est utile sur les SSD, si vous débarquez dans ce domaine.
Pour OCZ, cet article de Hardware.fr met les points sur les i.

Mais bon, au prix d’un SSD, encore aujourd’hui, on ne peut pas se contenter de le voir bien fonctionner quelques mois seulement, n’est-ce pas !

 Comment réinitialiser le SSD ?

La première mesure à prendre, en l’état de mon « disque », c’est de le réinitialiser. Autrement dit, non seulement de le vider de son contenu (puisqu’il ne contient que le système, que j’ai donc installé sur le nouveau M4), mais de le remettre dans son état de sortie d’usine (on fait un « reset »).

Il ne s’agit donc pas de le nettoyer, c’est-à-dire d’effacer plus ou moins profondément les données qu’il contient, ni de le reformater comme Windows sait le faire. Mais de le remettre à zéro (zero-fill). Si vous ne comprenez pas bien ce que je suis en train de préciser, lisez donc mon article Effacer complètement et efficacement un disque dur. Et notamment la dernière partie « Réinitialiser son disque dur ».
A la fin de cet article, j’indique les 2 solutions de réinitialisation, qui se confondent d’ailleurs le plus souvent en pratique : le formatage « bas niveau » et le Secure Erase. J’y parle des programmes utilisables pour les HDD – les disques durs classiques – mais aussi pour les SSD.

Pour ces derniers, j’indique qu’il faut utiliser préférentiellement l’utilitaire que chaque fabricant met à la disposition de ses clients. Et que cet utilitaire peut différer selon le contrôleur installé sur le SSD. Par ex., chez OCZ, on invite à utiliser Sanitary Erase pour leurs SSD à contrôleur Indilinx, et à utiliser HDDErase pour les autres contrôleurs.

HDDErase est en fait proposé par Intel pour ses propres SSD, mais est utilisable pour tous les HDD et SSD. La dernière version est la 4.0. On peut trouver le lien dans mon article cité ci-dessus, ou dans celui de l’article de Clubic, qui est le plus détaillé sur tout ce qui concerne le SSD, à la rubrique Secure Erase, qui explique en détails comment procéder…
Enfin presque !
« Démarrez sur un invité de commande (vous pouvez utiliser une image DOS bootable sur une clé USB) et démarrez l’exécutable. Répondez aux questions posées avec soin. »

Comme si cette opération allait de soi et ne posait aucun problème !… En invite de commande, impossible de lancer l’exécutable, qu’il soit sur l’ordinateur ou sur CD. Quant à utiliser un CD ou une clé USB bootable de MS-DOS, c’est compliqué et les résultats problématiques.

En outre, comme il vous est dit, il faut que votre SSD soit sur un port SATA 0 à 3 de votre carte-mère, que celle-ci autorise le Secure Erase, et que vous configuriez dans le Bios le contrôleur SATA en mode legacy (ou compatible), que vous déclariez vos disques en mode IDE. Toujours dans le Bios, il faut bien sûr mettre le « boot priority » sur le graveur ou sur la clé USB.

Tout cela est une merdiquerie pas possible ! Une fois fait, si vous y arrivez, il faudra évidemment rétablir tous les paramétrages antérieurs (IDE vers SATA et AHCI, etc.)

 La solution que j’ai adoptée

Perso j’ai choisi une autre solution, avec grand bonheur, et voici ce que j’ai fait :

1- sur un ordinateur qui marche sous Windows 7, j’ai branché mon SSD à réinitialiser sur un dock externe USB. Il a été immédiatement reconnu comme disque externe.

2- j’ai installé sur ce PC un programme de formatage bas niveau (low level format) qui fonctionne sous Windows 7 (j’aurais pu aussi, ayant un dual-boot Windows/Linux, me mettre sous Ubuntu par ex, et installer un programme du même type pour linux, comme j’en propose dans l’article Effacer complètement…). En l’occurrence, j’ai choisi HDD Guru, dans sa dernière version Windows (LLF Tool v.4.05 -> en v.4.40 en juin 2014), qui est un logiciel libre et gratuit. Pour la télécharger, allez au tableau final de l’article dont j’ai déjà parlé.

3- Dès installé, il identifie tous les disques présents sur ma bécane, y compris bien sûr celui sur le dock USB.

4- Je mets mon SSD Summit en surbrillance.

5- L’interface (en anglais, mais basique) propose 3 onglets, le premier (Device details) donne quelques indications sur l’heure, la localisation du disque, sa taille). Le troisième (SMART) permet d’obtenir les données SMART. C’est le deuxième (low-level format) qui nous intéresse surtout. Cliquer dessus ouvre une fenêtre qui prévient du caractère irréversible de l’action qu’on veut entreprendre. L’option principale propose : « format this device ? » Il y a aussi une autre option : « perform quick wipe » qui offre d’effacer seulement les partitions et le MBR). Cette option sera utile, si je n’arrive pas à installer le dernier firmware et donc à bénéficier du TRIM. Mais ce n’est pas le moment.

6- Je choisis donc de formater le SSD, qui est de 64.02 GB. On a alors une barre de progression de l’action, le pourcentage réalisé, la vitesse (limitée à 30 MB/s sur la version free de HDD Guru, nettement plus rapide sur la version enregistrée qui ne coûte que 3 €, que j’aurais fort volontiers acceptée de payer si cela n’avait pas conduit à fournir de multiples renseignements personnels à Digital River !). Mais je ne suis pas si pressé, avec la vitesse bridée, le formatage bas niveau prend 35 mn (pour 60 Go). A la fin du processus, message suggérant de re-partitionner le disque effacé.

7- Tiens, mon SSD n’est plus visible dans l’explorateur Windows.
Evidemment, puisqu’il faut bien sûr le reformater en NTFS si on le destine à Windows, en EXT3 ou EXT4 si c’est pour Linux (N.B. pour les SSD, le meilleur format est d’ailleurs le BTRFS). Quand je lance Gestion de l’ordinateur (par Panneau de configuration/outils d’administration), j’ai d’ailleurs une fenêtre qui s’ouvre spontanément pour m’inviter à initialiser le SSD. Et dans Gestion de l’ordinateur/gestion des disques, le SSD apparaît pour l’instant comme « non alloué ». Au déclenchement de l’assistant création d’un volume simple, on me propose d’assigner une lettre et un nom au nouveau volume, je choisis en outre de formater normalement (= je décoche formatage rapide), en NTFS, et avec une taille d’unité d’allocation de 64 Ko (recommandé pour les SSD, mais si vous n’êtes pas convaincu laissez « par défaut »). Et je lance le formatage, qui va durer une petite demi-heure aussi.

8- à la fin, le volume réapparaît tout neuf tout beau dans le navigateur Windows…

C’est simple et facile, puisque j’ai réussi du premier coup et sans transpirer !
En juin 2014, j’ai réitéré la même opération, avec le même succès.

Si vous n’avez pas de dock ou de boîtier pour HDD externe, c’est un peu plus de manipulation, puisqu’il faudrait installer votre SSD sur un port SATA libre de l’ordinateur utilisé.

Par ailleurs, j’ai utilisé HDD Guru, mais il existe d’autres utilitaires LLF/secure erase qui fonctionnent sous Windows/linux (Voir mon tableau PDF à la fin de l’article Effacer complètement et efficacement un disque dur-).

 Recycler son « vieux » SSD

Que faire de mon OCZ Summit de 60 Go après l’avoir remis en état ? Franchement, 60 Go c’est vraiment faiblard pour y mettre Windows Seven : on arrive vite à 100 Go, notamment en 64 bits et 8 Go de RAM (hé oui, ça fait gonfler pagefile.sys). Et puis ce SSD est en SATA II, alors que je me suis fait une install en SATA III sur mon nouvel ordi, avec un boîtier Cooler Master Silencio 650.
Comme ce boîtier de luxe permet un dual-boot matériel, en choisissant au démarrage entre 2 disques système, j’ai mis Windows 7 64 bits sur mon nouveau SSD Plextor M3P de 128 Go et Ubuntu 12.04 sur mon Summit recyclé.

Vous voulez que je vous dise ? Ubuntu tient largement sur un SSD de 60 Go, et il démarre plus vite en SATA II que mon super Plextor en SATA III.

Je vais écrire un article à part sur la question. Ça le mérite bien, non ?!
C’est fait !

5 réflexions au sujet de « Réinitialiser et nettoyer un SSD »

  1. DB

    Bonjour,
    Merci pour la méthode, mais mon SSD est neuf et donc jamais initialisé et de ce fait pas reconnu depuis le boitier externe USB 3
    Avez vous un conseil pour ce cas ?
    SSD MX300 275GB M2 2280
    Boitier Externe M2 to USB3.1

    Merci d’avance

  2. Maxy Auteur de l’article

    Bonjour Denis,
    Si votre disque externe (ou interne d’ailleurs) n’est pas « vu » par le gestionnaire de fichiers, c’est qu’il n’est pas encore formaté ou/et qu’il n’a pas de lettre d’attribuée.
    Pour le rendre visible, une fois votre disque branché à l’ordi, allez dans (panneau de configuration)/Outils d’administration/gestion de l’ordinateur/Stockage/gestion des disques ». Votre disque externe doit y apparaître. S’il n’est pas formaté, faites-le en mode normal (et non rapide, et en NTFS si vous devez l’utiliser sous Windows). Le gestionnaire de disques vous proposera aussi de lui attribuer une lettre, genre F:, mais vous pouvez choisir une autre lettre disponible (ni A:, ni B:, ni C:, et probablement D:). Vous pouvez aussi lui donner un nom : par ex. SSD externe. Si vous n’attribuez pas au moins une lettre, votre périphérique resterait invisible et inaccessible.
    Cordialement.

  3. DB

    Merci pour votre réponse rapide.
    J’ai effectivement fait tout cela (panneau de config ……etc) mais je ne vois pas mon disque ?????
    Est ce le boitier ??
    Je vais demander un échange ,je ne vois que cela .

    Cordialement

  4. Maxy Auteur de l’article

    Oui, c’est donc certainement un problème matériel.
    Je ne sais pas quel boîtier vous avez pris, mais ceux que je connais ne supportent qu’une connectique SATA (et pas PCIe), ce qui convient à votre SSD Crucial MX300. Je lis cependant dans les commentaires clients des sites d’e-commerce que plusieurs se plaignent des câbles USB livrés avec le boîtier. Essayez donc de connecter votre disque externe avec un autre câble, pour voir.
    Et revenez me dire la fin de votre aventure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *