Logiciels de diagnostic, de réparation et de récupération de données perdues

J’aborde la question de la récupération de données perdues dans plusieurs articles : Récupérer un disque dur défaillant, et Effacer complètement et efficacement un disque dur notamment. Pour éviter de continuer à les présenter dans chacun, j’ai décidé de faire un article spécifique sur le sujet. Ce qui me permet de faire de simples renvois dans les autres articles concernés.
J’ai procédé à une actualisation de l’article en août 2014, car il y a eu pas mal de mises à jour de ces programmes récemment, et que j’en ai profité pour en ajouter ou en retirer d’autres.
La liste en est un peu interminable. Sans être certainement exhaustive, elle essaie de couvrir l’offre de produits acceptables : j’ai écarté certains softs trop vieux, ou trop aléatoires… Sur chaque produit, je donne une information succincte, et les liens pour en savoir plus et faire son propre choix.
Mais à plusieurs reprises, je me suis demandé si c’était une bonne démarche : je vais sans doute faire un nouvel article, pour expliquer les possibilités limitées de la récupération de données, les méthodes pour le faire dans de bonnes conditions, et me contenter de présenter les quelques produits qui peuvent apporter un réel service.

 

Les logiciels présentés ci-dessous sont tous des programmes de récupération de données. Mais pour y parvenir, les plus puissants sont capables de surmonter les défaillances du système ou du disque dur qui les abrite. Plusieurs peuvent ainsi diagnostiquer les raisons de leur perte, réparer le système ou le disque endommagé au moins de façon suffisante pour en récupérer un maximum.
On présente donc successivement les logiciels de diagnostic et de réparation, puis les logiciels qui ne peuvent récupérer qu’en cas d’effacement des données.
On distingue aussi les logiciels gratuits et les payants.

Logiciels de diagnostic et de réparation (mais de récupération surtout)

Outils gratuits

Commencez par essayer les logiciels gratuits, qui sont parfois aussi efficaces que les payants, mais peuvent manquer de convivialité et de rapidité.

Par ordre alphabétique :

Glary undelete v.5.0.1 (août 2014), Attention à refuser iSearch pendant l’installation de la version gratuite. Seul, c’est un simple récupérateur de fichiers FAT, NTFS, ESF sur disque dur ou mémoire externe, qu’ils soient compressés, fragmentés ou cryptés. Mais on le trouve aussi comme fonctionnalité de Glary Utilities, en v. 5.27  (juin 2015), qui offre en plus, même en version gratuite, des options de réparation de disque et de restauration du registre Windows (module Registry Repair, qui a remplacé l’antique sfc.exe). En tant que récupérateur de fichiers, on peut choisir la partition/le dossier/le type de fichiers, et l’on obtient un tableau de résultats indiquant l’état du fichier récupérable (de très bon à écrasé).
Partition Find and Mount v. 2.31 (Windows 2000 à 7), pas de nouvelle version depuis des années, pour Windows seulement (FAT et NTFS), peut récupérer boot record, MBR, la v. home gratuite est seulement moins rapide que la pro, mais mêmes fonctionnalités, Anglais seulement.
Roadkil’s Unstoppable Copier 5.2 (de Windows 9x à W8, + linux 32/64 bits), français. Même version depuis 2010, mais le site reste actif. On peut le télécharger en version installable ou portable (standalone).
System Rescue CD propose un liveCD ou un boot USB, avec un certain nombre d’outils système –dont Ntfs3g et  testdisk. Manuel en Français, v. 4.5.3 (juin 2015). C’est une suite d’utilitaires Linux Libre et open source, avec manuel complet, qu’on peut installer sur clé USB.
Testdisk 7.0 (avril 2015) : logiciel libre et open source, version FR, fonctionne sous linux 32/64 bits, DOS, Windows 32/64 bits, Mac OS X, etc. : la référence des pros, avec de multiples tutos disponibles. On le trouve sur plusieurs suites d’utilitaires en bootCD (Hiren’s boot CD, System Rescue CD). Je donne d’autres détails pour PhotoRec, qui est le prolongement de TestDisk, plus bas. Ce sont des exécutables, en ligne de commande, mais n’ayez pas peur pour autant !

Outils payants

Il faut croire que le besoin est important, tant l’offre d’outils parfois fort chers est abondante ! Le tableau de Topten des « 10 meilleurs outils de récupération de données » vous permet de vous faire une idée comparative des fonctionnalités d’une partie de l’offre. Leur classement n’engage qu’eux, car il y manque plusieurs programmes de qualité et connus. Dans la précédente version de cet article, je les soupçonnais de faire une promo intempestive pour Stellar Phoenix, mais cette année celui-ci n’est plus qu’en 4ème position, et le gagnant est Data Rescue PC, alors que c’est le moins cher du lot, en ayant droit à leur promo. Il faut bien vivre, et admettre que les tableaux de fonctionnalités, très précis, sont utiles.
Ma liste ci-dessous est cependant différente, et comme je ne les ai pas tous essayés (et seulement en version d’essai, d’ailleurs), je les classe par ordre alphabétique, plus bas, après quelques remarques générales.

Pour être intéressants, ces programmes doivent selon moi répondre aux exigences suivantes :

  • Tous proposent une version gratuite de leur programme, mais n’espérez pas faire de la récupération, et encore moins de la réparation, avec les versions d’essai gratuites, vous seriez vraiment déçu ! Mais la version gratuite doit permettre de savoir précisément ce que la version payante est capable de récupérer. Plusieurs éditeurs proposent en outre sur leur site une offre : « content ou remboursé », mais j’aimerais bien qu’un utilisateur me confirme avoir pu en bénéficier.
  • Fonctionner au minimum sous Windows toutes versions : ne supporter qu’ XP n’est acceptable à la rigueur que pour les gratuiciels, car ça veut dire qu’il n’y a pas eu de mise à jour depuis longtemps, donc pas d’équipe à travailler sur le programme. Les meilleurs sont multiplateforme (on peut les utiliser que l’on soit sous Windows, sous Linux, sous Mac OS, et pourquoi pas Unix, BSD, Solaris…), et permettent au moins de récupérer des données d’une autre plateforme (ex. on peut récupérer ses données Windows et Linux si l’on a une configuration dual-boot).
  • Les programmes ci-dessous doivent être capables de surmonter les erreurs disque et système pour récupérer les précieuses données. Si je les signale dans cette rubrique c’est qu’en plus ils doivent disposer d’une certaine capacité de réparation pour venir à bout du blocage de l’ordinateur ; mais il faut être conscient que ce n’est pas leur fonction principale.
  • Leur fonction principale, c’est de récupérer les données. Mais un logiciel payant doit au moins proposer de récupérer les données effacées même à la suite d’un partitionnement ou d’un reformatage, d’un blocage intempestif de l’ordinateur, d’erreurs disque, ou d’une attaque virale. Et il doit offrir une fonction de sauvegarde de type image disque. Il doit offrir la récupération de tous types de fichiers, et là l’offre est très variable, certains allant même jusqu’à ne pas récupérer les fichiers image, les fichiers musique, les fichiers cryptés ou compressés, etc. Vérifiez bien que le produit donne la liste exhaustive des fichiers qu’il sait interpréter et que les fichiers que vous voulez retrouver en font partie.
  • Aucun des programmes listés ne semble capable de récupérer des fichiers écrasés par un logiciel de type « secure erase », qui fonctionne en recouvrant les données supprimées (voire une partition ou un disque entier) en plusieurs passes de données aléatoires (jusqu’à 35 avec l’algorithme de Guttmann). Je suis cependant en train de tester la chose pour voir si certains arriveraient à récupérer des données écrasées plus d’une passe avec ce type de logiciel. Si un lecteur de l’article en sait quelque chose, merci de m’en faire part. Merci à Jerome_f3 de m’avoir mis sur la piste.
  • Si votre ordinateur est bloqué, si Windows ne démarre pas, il faut que le logiciel que vous consentez à acheter un bon prix puisse booter quand même : tout le monde ne sait pas extraire son HDD pour l’installer dans un autre PC ou un boîtier externe. Autrement dit, ça me semble le minimum que l’éditeur propose un liveCD ou une installation sur clé USB bootable.
  • Si le programme doit être installé sur l’ordinateur détérioré (ce n’est pas un bon point, préférez un boot disk…), il faut au moins qu’il promette de ne pas écraser les données à récupérer ni en s’installant ni en sauvegardant. Vérifiez comment il y parvient et si la solution est sûre. Une bonne solution que certains proposent est d’effectuer une image disque sur un support externe, et de récupérer les fichiers compromis depuis cette image disque externe, une autre de fonctionner en lecture seule.
  • Certains proposent en outre des fonctionnalités spécialisées qui peuvent éventuellement vous concerner : récupération sur SSD, RAID, smartphone, disque virtuel, etc.
  • Certains abusent d’une multiplication de produits spécialisés, et la nouvelle tendance est de proposer une licence limitée à un an ! En tant que particulier, préférez naturellement une solution multiplateforme et un achat définitif pour un usage sur autant d’ordinateurs que nécessaire. Le mieux étant de recourir aux programmes libres.
  • Préférez aussi les programmes en français, car il semble inutile d’ajouter à la difficulté celle de la langue. Certains programmes sont cependant très conviviaux, et donc faciles à interpréter (c’est parfois leur seul avantage par rapport à leurs concurrents libres open source !).
  • J’ai du mal à vous conseiller à propos de la durée d’exécution du programme de récupération, qui peut être interminable. Mais c’est peut-être qu’ils agissent plus en profondeur ? qu’ils peuvent récupérer plus de données en bon état ? Là je ne suis pas en mesure de répondre. Mais les lecteurs peuvent m’informer s’ils ont testé 2 produits concurrents par exemple.

Vérifiez donc soigneusement que ces critères sont bien présents pour le logiciel que vous envisagez d’utiliser, même ceux que je liste ci-dessous (par ordre alphabétique), et qui sont, je pense, les plus connus. Je ne fournis plus les prix, qui peuvent varier sensiblement dans l’année et qui dépendent de la version (home, Pro, Corporate, etc.) et des fonctionnalités associées, car il est fréquent que la version Home soit insuffisante.

Active Unformat  4.0. (janvier 2015), Windows toutes versions, Mac et linux. Remplace Active Undelete 8.5, récupère les données perdues, et notamment celles perdues à cause d’un formatage.  L’outil fonctionne pour divers systèmes de fichiers (Windows, Linux, MacOS). Récupère aussi les données d’autres périphériques (CD, USB, cartes mémoires, SSD). Et restaure des partitions formatées. La version Pro contient Active Disk Editor 5 proposé pour examiner les données supprimées en formatage bas niveau (low-level).
Active uneraser Pro 9.0 (depuis MS-DOS jusqu’à Windows 8, en Anglais) Plus puissant qu’Undelete et surtout plus large dans ses fonctionnalités, traite RAW et compressés, parmi de nombreuses autres fonctionnalités (voir l’onglet « features »). Peut être lancé d’une disquette, d’un CD ou d’une clé USB, sous DOS (WinPE), ou sous Windows. La version gratuite offre seulement un aperçu des fichiers récupérables, et il existe une version Ultimate qui traite tous types de fichiers, et les fichiers corrompus par virus.
Data Recovery Wizard Pro v. 8.8 (Avril 2015) de Easeus, pour Windows 2000 à 8.1. et pour Mac, iOS, et Android. Capable de récupérer des données/partitions sur un disque caché, endommagé, compressé, crypté, formaté, écrasé, infecté. Il existe une édition gratuite complète mais limitée à 2 GB de récupération. Tuto et logiciel en anglais.
Data Rescue PC3 (de Prosoft, à ne pas confondre avec les produits signalés dans la rubrique suivante ) v. 3.2.4, (sans évolution récente), anglais mais interface plaisante, Mac ou Windows (2000 à 8.1). Propose une solution bootCD (emergency boot CD), indépendante donc du système installé, en plus de l’installation classique. On peut aussi l’utiliser pour récupérer un disque externe, une autre partition, un appareil photo. Cherche les fichiers perdus, y compris par reformatage, ainsi que les fichiers effacés, endommagés, en RAW, même sur un disque infecté ou corrompu. On peut soit récupérer certains fichiers, soit le disque entier, à partir d’un clonage externe de la partition effacée. Classé en tête de Topten cette année.
File recovery 2015 v. 5.5.7.9 (janvier 2015), de W98 à W8 pour fichiers Windows et Mac. La v. Pro permet la récupération RAID, et des versions Entreprise pour une assistance en ligne (en anglais), Peut intervenir sur tous supports y compris ipod et smartphone. Peut récupérer des fichiers endommagés (RAW), des fichiers abimés ou perdus par reformatage. Outils de diagnostic. Site en français très approximatif, et porteur de contre-sens  : lisez plutôt le tableau comparatif. LC-Technology produit aussi Photorecovery.
File scavenger 4.3 : Windows toutes versions, site et tuto en français, bien documenté.Traite les ordis et tous types de supports, qui ne peuvent plus démarrer, les partitions corrompues, effacées ou reformatées, les disques non détectés, les partitions supprimées. Il agit en effectuant un clone des disques défectueux (disk recoup). Capable de traiter disques en RAID et  les NAS, à la fois pour les formats Windows (FAT et NTFS, mais aussi Linux et Mac (Ext, HFS et même UFS1).
GetDataBack de Runtime Softwares, a « simplifié son offre », qui est effectivement multiple, avec le lancement de GetDataBack Simple, en v. 1.00 (pas de mise à jour depuis un an), et qui peut être couplée avec GetDataBack Classic. L’offre vise clairement l’utilisateur inexpérimenté, en proposant la facilité d’utilisation. Il existe en plus une multitude de produits spécialisés dont certains sont intéressants, comme le Runtime LiveCD qui permet de récupérer sans Windows, car fondé sur une distri Knoppix Linux (la version téléchargeable gratuite permet seulement de voir ce qui est récupérable). Il existe aussi des produits pour récupérer les disques RAID et les NAS, etc. Français. On peut trouver aussi BartPE et un tuto Youtube pour y installer le ou les produits choisis de l’éditeur.
Magic uneraser, de East Imperial Soft, pas moyen de connaître la version actuelle sur le site de l’éditeur (la v. 3.1 date de janv. 2011), et couvre toutes versions Windows, français. La version la plus large est Partition Recovery, sinon il existe une flopée de versions spécialisées : Photo Recovery, Office Recovery, NTFS ou FAT Recovery, Word ou Excel Recovery, l’ensemble s’appelle Pack Magic Data Recovery. Les versions d’évaluation permettent seulement de voir ce qui est récupérable. L’éditeur propose un tuto en français sur son site, qui montre d’ailleurs une interface soignée et simple. Le produit est lui aussi simple à utiliser et comporte une assistance étape par étape, et doit être installé (il existe une v. portable) sur un support différent de celui à récupérer.
MiniTool Power Data Recovery v.7.0, pour Mac et Windows (de XP à10), en anglais, mais la page de présentation à la Windows 8 est très explicite, et le reste du site très graphique. La version gratuite permet de s’entraîner en permettant 1 Go de données, on peut ensuite la transformer en version Personal pour supprimer la limitation.  ou préférer la version boot disk (sur CD ou USB). On peut récupérer les partitions endommagées, reformatées, supprimées, et les CD-DVD.
O&O DiskRecovery v10 ? C’est ce qui est indiqué sur l’en-tête du site, mais ensuite on ne détaille plus que la V.9, qui commence à dater. Le site est en français, mais le logiciel en allemand ou en anglais (toutes versions Windows), interface très intuitive  et récupération de disques et partitions, clés USB et autres supports mémoire. Les nouvelles fonctionnalités concernent Office 2013 et les fichiers Zip, ainsi que les images et fichiers vidéo. A noter la combinaison avec O&O DiskImage pour sauvegarde et restauration. En principe le processus de restauration s’effectue depuis un second ordinateur ou en réseau.
Ontrack Easy Recovery data recovery, de Kroll Ontrack a surtout évolué vers les services de récupération pour les entreprises. Le logiciel (version et date de sortie non communiquées), existe pour Windows (toutes versions en 32/64 bits) ou pour Mac, en français (mais infos contradictoires sur la page d’accueil), la version Home suffit complètement pour un particulier, mais est vendue, comme les autres versions, en licence d’un an : à moins d’être un grand étourdi qui ne fait jamais de sauvegardes, vous payez donc cher l’intervention. Outre les fonctions de récupération habituelles, on a une fonction de monitoring des disques durs en temps réel, d’effacement des partitions non système, d’actualisation de disque (pour remagnétiser les HDD non utilisés depuis longtemps), de prévisualisation des fichiers à récupérer bien utile.
Quick Recovery For Windows , de Unistal Systems, fait partie d’une kyrielle de programmes de récupération spécialisés, et celui-ci  (mise à jour Janvier 2014) vaut pour Windows (partitions FAT et NTFS), de W XP à W8.1. En anglais seulement. Parmi les fonctions classiques, il peut récupérer les fichiers RAW. Il existe d’autres produits spécialisés (linux, Mac, linux et Novell, bases de données, mots de passe, périphériques, tel ou tel logiciel bureautique … et d’emails). Le site recommande d’utiliser d’abord la version d’essai, moyennant un enregistrement de vos coordonnées.
R-studio Data Recovery (de R-Tools) v 4.9, français, Windows toutes versions 32/64 bits, Mac, UNIX et Linux) récupère à peu près tout, y compris les fichiers cryptés et compressés, les partitions endommagées, les disques reformatés ou corrompus par virus. R-Studio Emergency est une version bootable si le système ne peut démarrer, qui peut aussi effacer de façon sécurisée HDD ou autre produit de stockage. Version démo (Undelete home) permettant d’évaluer les chances de récupération des données avant achat. Copie du disque et traitement sur fichier image. R-Tools propose un produit plus puissant et plus cher, R-Studio 7 (v. 7.3, sorti en août 2014), qui traite aussi le RAID et autres configurations complexes, et une récupération/sauvegarde en réseau, beaucoup plus coûteuse. Une version plus basique est signalée dans la 2ème partie de l’article.
Windows Data Recovery, de Stellar Phoenix, v.6 depuis plusieurs années, pour Windows XP à 8, anglais (site en français), et Mac OS. Il existe des adaptations pour Mac, Linux, Novell, UNIX, et d’autres programmes pour les emails, les bases de données (SQL, etc.), la réparation de fichiers bureautiques, les photos, les mots de passe… Il existe aussi une v. gratuite qui offre un aperçu des fichiers récupérables, mais il faut prendre une des multiples versions payantes pour les récupérer. La société américaine a des services de récupération de données implantés dans divers pays européens dont la France.
Wondershare Data Recovery, v. 4.7, pour Windows toutes versions et pour Mac OS, en français un peu approximatif, orienté utilisateur débutant (mode Assistant, à côté du mode standard pour plus d’options), avec un guide clair pas-à-pas. Il faut que Windows soit actif et ne pas installer le produit sur la partition à récupérer, ni les fichiers retrouvés. On peut filtrer par catégorie de fichiers (photos, audio, bureautique, emails) et choisir l’emplacement à sonder : périphérique externe, corbeille, Mes Documents… si on le sait. Le soft peut récupérer partitons reformatées et fichiers RAW, ou seulement les fichiers perdus récemment. Un aperçu permet de visualiser les fichiers récupérables. Un module de récupération brute permet d’effecteur un scan approfondi pour restaurer des données même si le système de fichiers Windows est corrompu.

N.B. Le meilleur programme de récupération de données perdues, c’est celui qui vous prévient avant que vous les perdiez ! Alors consultez donc mon article : Surveiller la santé du disque dur.

 

Les logiciels de récupération de données

Prévus pour récupérer des données effacées le plus souvent par erreur, les logiciels de la liste ci-dessous peuvent servir bien sûr en cas de détérioration du disque dur. Mais n’en attendez pas de fonctions diagnostiques et de réparation.

Outils gratuits

Drive Rescue 1.9d (pas de nouvelle version depuis 2009, mais fonctionne jusqu’à Windows 7. Cependant, plus approprié pour FAT que pour NTFS. Convient pour récupérer sur supports externes. Peut récupérer les fichiers supprimés et les partitions reformatées.Tuto en français sur tutoriaux-excalibur. Remplacé par son auteur par PC Inspector File Recovery, encore freeware, puis par Data recovery (payant). Le site de l’éditeur propose aussi Photorecovery, et plus récemment Video Repair.
Pandora Recovery apparemment en v. 2.2.1 (mars 2013) selon certaines sources, car ce n’est pas indiqué sur le site de l’éditeur (en anglais, comme le programme). Le logiciel « Free files Recovery Software » fonctionne jusqu’à Windows 7 (32 ou 64 bits). Le logiciel récupère les données FAT et NTFS Windows (avec une fonction de prévisualisation intéressante, et se montre très efficace pour les images.  Traite les fichiers archivés, cachés, cryptés et compressés, en indiquant les chances de récupération, et fonctionne sur les volumes en réseau et les lecteurs flash. On peut aussi acheter le logiciel sous forme de clé USB bootable, à 20 $, ce qui peut être intéressant pour ceux qui ne savent pas comment rendre bootable une clé USB (il y a plein de tutos et de programmes, pourtant…). Sur le site, on trouve aussi une version exécutable pour les mobiles (Pandora mobile recovery), qui n’est pas gratuite non plus (20 $).
Photorec, v. 7 (avril 2015), logiciel libre alter ego de Testdisk, exécutable en ligne de commande multi-plateformes, utilisable donc pour les environnements Linux, DOS et Windows Mac OS X, BSD, Solaris et UNIX…en 32 et 64 bits ; fonctionne aussi en Live CD, USB, etc., ). Depuis la première version de mon article, l’éditeur a fait un gros effort de présentation en français. Il récupère tous types de fichiers et pas seulement les photos sur de nombreux types de médias et divers appareils photos. Le forum est actif (et comporte des rubriques en français Vous trouverez d’autres tutos en français, comme celui de CGSecurity.
Recuva de Piriform, v1.52 (avril 2015) pour Windows jusqu’à W8.1 en x32 ou x64, et certaines versions de Mac OS X, français). On trouve aussi une version portable. Téléchargez-le depuis le site de Piriform, qui édite aussi l’excellentissime cCleaner. Il existe une version pro à 20 €, mais la seule différence semble être l’offre de support technique. Voici un tuto en français. Il en existe d’autres, car c’est un programme populaire.
Restoration 3.2.13 (Windows toutes versions, Français). On trouve surtout la version 2.5.14. Le soft n’est plus maintenu par son éditeur le japonais Kato, mais reste pourtant une référence. Très léger, c’est un simple exécutable. Peut être mis et lancé sur une clé USB, ou un CD (à condition d’installer un Dispose d’une fonction d’effacement en utilisant Disk Redactor, et de limiter l’accès à certains fichiers (confidentiels). Ne traite que les formats FAT et NTFS (mais ne prend pas en charge les fichiers cryptés en NTFS). Pour le lancer, clic droit sur le programme et choisir « exécuter en tant qu’administrateur ».
Tokiwa DataRecovery, la v. 3.3.8 (août 2014) fonctionne de Windows 9x à Windows 8. A lancer comme exécutable de préférence en mode Administrateur (voir la FAQ, en anglais, si vous ne parlez pas couramment japonais :-))), l’éditeur annonce clairement que son soft ne peut récupérer les fichiers écrasés, en voilà au moins un d’honnête. Et il ne récupère que les fichiers effacés par erreur. On peut trouver une version plus ancienne. Le site de l’éditeur ne propose qu’une v. 2.4.7 qui date de 2012, et je ne sais donc pas si la v. 3.3.8 est un simple changement de dénomination liée au changement de diffuseur, ou comporte une évolution du produit.

 Outils payants

BitMart Restorer Ultimate, anglais, n° de version non fournie, si bien qu’on ne sait pas non plus la date de dernière mise à jour !… Généralement, j’écarte d’office de ma liste les éditeurs qui utilisent de tels procédés, mais celui-ci supporte Windows 8.1 et semble actualisé. Le site est en anglais, mais le produit (et l’aide en ligne) peuvent être en français. Il faut que Windows soit accessible (pour le lancer avec privilège d’admin). Contrairement à son appellation, ne fait que de la récupération (données, photos, etc.) sur supports mémoire interne et externe, et il peut restaurer, en évaluant les chances de succès sous forme graphique, les fichiers Windows, Mac, Linux, y compris corrompus ou reformatés, compressés ou splittés, les fichiers RAW et cryptés, et dans les versions pro et network, les partitions RAID et Réseau (Windows).
Partition Doctor, de SoftAmbulance, version et date d’édition non communiqués, en anglais (y compris tuto du site), semble avoir repris Uneraser it!, qui était maintenu par Undeletenow.com jusqu’à récemment. Il utilise aussi Uneraser, et a musclé le produit qui devient capable d’agir sur des disques abîmés, à partir du moment où Windows reste accessible pour l’installation du produit, et le disque reconnu. Ne fonctionne que sous Windows, mais peut reconnaître les formats MAC et Linux, et récupérer même les fichiers VMSF (machine virtuelle VMWare). Il peut alors agir sur RAID, SSD, supports externes, partition formatée, fichiers corrompus par virus, avec une fonction preview qui permet de filtrer la recherche. La récupération se fait par création d’image disque sur laquelle se font les opérations, les fichiers peuvent ensuite être exportés sur DVD ou téléchargées en FTP. Leur produit est très cher.
Smart data recovery, de Smart PC, version 4.9 (sept. 2013), le programme fonctionne sous Windows seulement (de XP jusqu’à 8 x32 et x64). C’est le produit le plus polyvalent de l’éditeur, car il en existe de plus spécifiques pour les partitions FAT, ou NTFS, ou les lecteurs flash, ou les images photos, ou les partitions et les disques entiers ! Très peu d’informations sur le mode de fonctionnement. Bof !
UndeletePlus, de eSupport, V. 3.0.6, pour Windows toutes versions 32/64 bits. La version gratuite française (?) est la démo. La version payante ne semble qu’en anglais et n’offre une licence que pour 1 ordi une seule année. Les options de récupération sont classiques, pour ne pas dire basiques. Tuto en anglais sur le site de l’éditeur.
VirtualLab Data Recovery v. 6.0.14, anglais, pour Windows de 98 à 8.1 et MAC OS X. Le programme de BinaryBiz propose 4 versions de fonctionnalités croissantes – et de prix aussi la v. Express permet de récupérer des fichiers texte et photos,  la Basic partitions et disques durs, la Pro fonctionne sur Mac et PC, et la version Entreprise les emails et les partitions RAID.  Le site, comme plusieurs des précédents éditeurs, est peu informatif, et le mode de paiement très limité.
ZAR X (Z-A-Recovery), Version et date d’édition non communiquées.  Tutoriels et produits en anglais, qui utilise unformat.exe sous Windows jusqu’à 8.1 et même 10. Windows doit donc rester fonctionnel. L’utilitaire est un exécutable puissant qui marche pour tous types de partition (FAT, NTFS, et les différentes versions de Ext sous Linux, même les XFS (NAS linux), les partitions RAID, et tous les types de tables de partition), pour récupérer données, emails et photos sur des supports mémoire internes ou externes, y compris RAID, en traitant les défaillances de MBR, les partitions formatées, les fichiers RAW, en reconstruisant au besoin le système de fichiers. Il faut que le disque ne soit pas physiquement abîmé (il doit être détecté par le BIOS), mais il peut comporter des secteurs défectueux (qu’il ne pourra pas récupérer).

 Plus spécialement pour la récupération de photos et vidéos :

Plusieurs des programmes mentionnés ci-dessus sont très bons pour les photos. Parmi les gratuits, citons Pandora, Recuva (le tuto de Les Numériques concerne justement la récupération de photos, et bien sûr Photorec. Avec quelques limites éventuellement (Recuva récupère bien les JPEG, mais pas les NEF ; photorec récupère bien les NEF… au format TIFF).
Digital MediaRescue Pro de Essential Data Tools, v. 6.11 (avril 2015), pour Windows de NT à 8 en 32/64 bits, français, contient ou couvre 2 autres produits : Easy Photo Recovery et PhotoRescue Pro, qui ont la même version mais coûtent moins cher. Je n’ai pas trop compris si c’étaient des composants ou des produits alternatifs, mais on peut les utiliser séparément. Peut faire des récupérations de fichiers JPEG, AVI, MOV, MP4, WAV, WMA, etc. sur disque dur ou cartes mémoire, etc
Data Rescue Photorescue Wizard v. 3.4.0. depuis février 2014 (Windows et Mac, licence définitive, anglais), récupère notamment fichiers Raw, Nef, CRW, etc. perdus ou endommagés, sur cartes mémoire mais pas sur disque dur. A ne pas confondre avec le labo éponyme qui ne propose pas de programmes, ni avec CD Data Rescue qui récupère les CD endommagés, ni avec Data Rescue PC 3 de Prosoft, que l’’on a recensé dans la rubrique plus haut. A côté de la version « 3.1 » grand public (v. 3.4 en fait), il existe une version « 2.1 » pour les experts, au même prix. Le programme est peu intuitif mais particulièrement puissant (cartes non visibles dans Windows, corrompues, etc.).
O&O MediaRecovery v.10 (Windows toutes versions x32 et x64, anglais, le site a une page en français minimaliste). Spécialisé dans la récupération de Photos, vidéos et musique, l’éditeur proposant bien d’autres produits.
Photorecovery, de LcTechnology, v.5.1.2.4. (juin 2015), pour Windows toutes versions, et version Mac. Le site est traduit en français par un mauvais logiciel ! Spécialisé dans la récupération de photos, images numériques et films, fichiers audio sur périphériques numériques (cartes mémoires, Smartmedia, compactFlash, Micro Drives, cartes SD-XD, MMC, lecteurs flash USB reconnus par Windows ; mais pour récupérer sur disque dur, il faut utiliser Filerecovery, que j’ai listé plus haut ou DiskRecovery. Fonction de prévisualisation très utile. Récupère les fichiers RAW et les vidéos HD, et assure aussi des fonctions d’effacement (wipe), de sauvegarde et de contrôle de la santé des cartes mémoire. Le programme peut fonctionner avec OetO DiskImage pour la sauvegarde.

Pour récupérer des photos qui auraient été effacées ou corrompues sur une carte mémoire, le site Focus-manager indique que les fabricants de cartes mémoire proposent des utilitaires, qui ne sont souvent pas réservés à leur seule marque.
Focus Manager fait un test de récupération de 20 photos très intéressant avec :

– Kingston MediaRecover 4.0, permet une récupération sur tous les types de supports mémoire externe, gratuit mais peu puissant ;
–  Lexar Image Rescue4 Software, 34 $ pour toutes les cartes mémoires du marché ;
– Panasonic SD card File Recovery Software, pas très puissant mais gratuit et pour toutes les cartes ;
– Sandisk Rescue Pro (de LC Technology, dont on parle plus haut) ; on retrouve le principe gratuit pour voir et payant (30 $) pour récupérer ;
–  Sony MemoryCard File Rescue 3.2, très efficace mais réservé aux cartes de sa marque ;
– Transcend RecoverX, qui peut récupérer aussi sur les disques durs ; c’est un exécutable gratuit.
Attention, le test date de décembre 2012, et les utiltaires ont dû évoluer.