Waterfox, une alternative à Firefox version Quantum

Le choix d’un navigateur n’est pas anodin.  Je vais expliquer pourquoi j’ai décidé d’en changer, et montrer comment je l’ai fait. C’est très facile en fait ; mais le plus important sera d’en assurer le suivi critique.

Pourquoi j’ai installé Waterfox

J’utilise Firefox depuis qu’il existe, et avant j’utilisais Netscape. Mais je considère que malgré ses déclarations réitérées, Mozilla laisse quand même planer de sérieux doutes sur son respect de la vie privée. J’ai donc été amené à tester d’autres navigateurs depuis quelques années : À l’époque de l’introduction des DRM, j’ai testé Pale Moon, et quand les questions de sécurité et de compromission avec Google et Yahoo se sont posées, j’ai essayé Comodo Dragon et des navigateurs plus rustiques comme Seamonkey… Mais bon ! Firefox restait quand même mon navigateur par défaut.
Pour moi, l’arrivée de la version 57 de Firefox, dite Quantum, change la donne. J’en ai parlé dans mon dernier Édito, mais depuis l’expérience me montre d’autres changements qui ne me plaisent pas, ni en matière de confidentialité, ni en matière de fonctionnalités imposées.

En matière de confidentialité, Firefox utilise les outils de traque de Google et lui transmet les données de ses utilisateurs. Certes, Mozilla a fait le gros effort de fournir des indications détaillées de ses procédés de collecte de données personnelles, mais cela pose toujours le même problème : qui lit et qui examine les options de télémétrie ? Eviter le pistage devient vraiment compliqué, pas à la portée du débutant, et l’on n’y parvient d’ailleurs que partiellement. Par ex., il faut être vraiment au courant de la façon de se débarrasser de Google Analytics dans la page d’addons de Firefox. La tentation de la collecte de données personnelles est paradoxale au moment où Mozilla insiste tant sur le respect de la confidentialité. Et elle est préoccupante quand on l’associe au renouveau de l’intérêt de Mozilla pour la publicité, lancée en 2014, et qui est revient sous une autre forme. Devenir moins dépendant financièrement d’Alphabet grâce aux recettes publicitaires et au pistage des internautes, ah ! Don’t be evil !

En matière de fonctionnalités, la plupart vont dans le bon sens. Et notamment en matière de sécurité et de confidentialité, qui me préoccupent. J’apprécie fort la lutte de Firefox pour renforcer l’adoption d’une connexion sécurisée, combattre les nouvelles méthodes de tracking comme le fingerprinting. Même l’adoption des webExtensions repose sur de bons principes fonctionnels et de sécurité. Sauf que moi, je veux conserver des addons qui n’ont pas d’équivalents… en attendant qu’ils en aient, bien sûr !

Les extensions, c’est ce qui a fait la force de Firefox dans le passé, en assurant sa différence avec les concurrents. Là Firefox adopte le modèle webExtensions de Chrome et d’Opera. Sur des bases que les développeurs jugent moins souples et riches que les MPAPI. Mozilla impose aux auteurs de webExtensions de préciser les exigences de leur addon au moment de l’installation : bien ! même si je les trouve souvent abusivement intrusives.

Qu’offre donc Waterfox ?

J’avais déjà entendu parler de Watefox, quand son très jeune auteur avait écrit en C++ et lancé la première version 64 bits de Firefox en 2011, qui s’est tout de suite démarquée par sa rapidité. Depuis, il a fait progresser son navigateur, en y introduisant des fonctionnalités importantes en back-end, très brièvement décrites sur un article de Wikipédia. L’équipe fonctionne à plein régime, en offrant mois après mois une version nouvelle : on en est en janvier 2018 à la 56.0.3 (et en 56.0.4 en février).

Ce navigateur est donc un fork de Firefox, et en l’installant vous aurez du mal à voir tout de suite des différences avec la version 56 de Firefox. Je dis la 56, parce qu’en allant dans les Options, vous aurez le plaisir (en ce qui me concerne) de ne pas être dans la dernière interface du navigateur, qui se “simplifie” de plus en plus, pour mieux s’adapter aux utilisateurs inexpérimentés ?!
La version Quantum (v. 57+) de Firefox se vante d’être plus rapide (que Chrome notamment). Pour avoir installé Waterfox, en v. portable il est vrai, mais avec les mêmes paramétrages, bookmarks, et addons que Firefox 57.0.4 en 64 bits (hé ouais, FF a fini par proposer aussi le 64 bits !), je peux affirmer que Waterfox reste plus rapide sur mon poste en Windows 10. Vous pouvez vous-même le vérifier, en chronométrant le temps de recherche et d’affichage d’un site déterminé (il y a un chronomètre dans Windows 10/Alarmes et horloge), avec Firefox puis avec Waterfox.

Mais l’argument de la rapidité n’est pas mon souci majeur. Ce sont les questions de confidentialité et d’extensions qui m’ont fait basculer. Sur ces plans, Waterfox apporte des réponses qui sont plus crédibles que celles de Firefox. Voici ce que l’on trouve sur le site de Waterfox :

Site de Waterfox, onglet Features traduction
Disabled Encrypted Media Extensions (EME) désactivation des DRM/EME
Disabled Web Runtime (deprecated as of 2015) désactivation des web runtime
Removed Pocket suppression de Pocket
Removed Telemetry suppression de la télémétrie
Removed data collection collecte de données supprimées
Removed startup profiling profilage au démarrage supprimé
Allow running of all 64-Bit NPAPI plugins autorisation des plugins NPAPI 64 bits
Allow running of unsigned extensions exécution des extensions non signées
Removal of Sponsored Tiles on New Tab Page suppression des tuiles sponsorisées dans les onglets
Addition of Duplicate Tab option ajout de l’option dupliquer l’onglet
Locale selector in about:preferences > General sélecteur local dans : about:preferences/general

Le fait que l’on peut utiliser non seulement les addons legacy ( XPCOM/XUL), mais plus encore les extensions non signées semble contraire à ma préoccupation envers la sécurité et la confidentialité. Oui, c’est indiscutable ! Mais c’est au navigateur de me l’interdire, ou à moi de faire attention ?!

Ce point me paraît crucial : Mozilla prétend être à l’écoute de ses utilisateurs. Pourtant, les critiques sur l’abandon forcé des extensions legacy ont dû leur siffler aux oreilles, non ?! Que Mozilla impose aux développeurs les choix techniques nécessaires à la poursuite de son projet (Electrolysis), certes, mais qu’il ne les impose pas aux utilisateurs tant qu’ils restent compatibles avec le fonctionnement du navigateur. C’est la vision “plus de sécurité, moins de liberté”, chère à nos politiciens, comme dit Le Hollandais Volant.
Quel est donc l’utilisateur que vise aujourd’hui le projet Mozilla : Le débutant ? Alors, bonne chance, et il en faudra pour séduire, face à Chrome et Androïd, et face à Edge et à la domination sans partage de Microsoft sur les PC.

D’ailleurs, même et surtout pour le débutant, Je préfère un navigateur qui par défaut respecte la confidentialité (et partant, la sécurité) de l’utilisateur, plutôt qu’un navigateur qui explique comment faire pour désactiver les mouchards qu’il ne voudrait pas !  Par ex., devant les réactions envers Looking Glass, ou Google Analytics dans les bibliothèques de modules, Mozilla s’explique et propose des solutions de désactivation, de même qu’on peut peut sans doute parvenir à supprimer la géolocalisation, les WebRTC, le lancement automatique des vidéos, le tracking des liens, l’exploitation du Referrer, etc. Mais on ne peut pas passer notre temps à guetter les révélations et à trouver des patchs !

Ce que démontre en tous cas Waterfox, en proposant les MPAPI, c’est que l’éviction des extensions Legacy par Firefox n’est pas un problème technique, mais une volonté idéologique de la part de Mozilla.

Installons Waterfox

Donc j’ai installé Waterfox sur plusieurs de mes bécanes. Sur mon PC principal en Windows 7, je l’ai installé “en dur”, c’est à dire la version “setup.exe” qui installe le programme dans le système. C’est d’une grande simplicité, et très vite fait.
Sur la mini-machine de ma chambre, qui est sous Windows 10 (because Kabylake inside qui ne supporte plus Windows 7), j’ai installé la version portable (fichier .exe). C’est un peu plus compliqué à faire. Bon, ce n’est pas difficile de choisir la partition et le dossier où lui faire une place, mais l’exécutable est en anglais, il faut donc le mettre en français soi-même. Je me suis pris un bon moment avant de trouver le fichier de langues sur internet, et puis j’ai trouvé que ce n’était pas du tout nécessaire. D’ailleurs, puisque j’avais installé la version installable sur un autre poste, j’avais déjà le fichier de langue à disposition chez moi 😳 . Mais y a même pas besoin de ça : on passe par “About:config” :

et l’on change en-US par fr-FR  :

Ensuite dans la version installable, il est proposé d’installer les marque-pages et les réglages de Firefox. Si bien que l’on a tout de suite la copie conforme de ton Firefox.

Dans la version portable, par contre, il faut se donner un peu plus de mal : il faut sauvegarder ses marque-pages de Firefox, puis les importer dans le dossier Waterfox pour les activer, et c’est un peu moins propre.
Pour sauvegarder ses marque-pages de Firefox, le plus simple consiste, FF étant ouvert, à taper Ctrl + Maj + B (ou par le Bouton du menu Bibliothèque/Marque-pages/Afficher tous les marque-pages). Quand on y est, choisir Importation et Sauvegarde/sauvegarder, qui crée le fichier un fichier du genre : bookmarks-….json, ou bookmarks.html. Après il faut importer ce fichier :
Et c’est prêt ! Sinon, Waterfox portable se met sans souci en marque-page sur le bureau, ou s’épingle aussi bien dans la barre des tâches.
Après, on le paramètre en choisissant dans les Options les choix qui vont bien, pour moi ceux dont je parle dans mon vieil article, sauf que je choisis les Webextensions quand c’est possible. Par ailleurs, j’ai viré le navigateur par défaut proposé par Waterfox, Ecosia, qui, au nom de l’écologie, vous fait bouffer de la pub ! Désolé, mais mes plugins les plus précieux, ce sont quand même des adblockers et anti-antiadblockers ! Enfin, Ecosia, c’est moins pire que Yahoo! et maintenant Google, moteur par défaut sur Firefox !
N’oubliez pas, dans les réglages, ceux de New tab controls : désactiver Show your top sites (montrer vos sites favoris), et Include suggested Sides, pour éviter que, dans la session en cours, les sites sur lesquels vous allez puissent s’en servir pour leurs pubs.

On peut utiliser les nouvelles extensions de Firefox 57+ avec Waterfox, mais c’est parfois compliqué :

Dans l’ensemble, je suis très satisfait de ce début d’expérience de Waterfox, que ce soit en version installable ou portable.

On verra à l’usage si mon avis se confirme : je vais rester vigilant, et je garde à jour sur un poste la dernière version de Firefox, qui est en ce moment la v. 58. Je continuerai à comparer les deux navigateurs, et à voir comment ils évoluent. Je complèterai cet article au fur et à mesure.
Alors n’hésitez pas à me faire part de vos propres retours d’expérience.

 

 

 

 

6 réflexions au sujet de « Waterfox, une alternative à Firefox version Quantum »

  1. Petit Robert

    En préambule : ” Il est EXTRÊMEMENT RARE ” (même si c’est pas vérifiable bien sûr) que je poste un com’ sur le .net !

    Je le fais là, aujourd’hui, car il est très rare que “quelqu’un écrive un article intéressant et bien pensé sur un sujet comme celui du Watergate …pardon du Waterfox 🙂 …un peu d’humour 🙂

    Et ton article est tout à fait représentatif de ce que je pense de la “politique nouvelle” de Mozilla et de ce qu’il n’est pas acceptable d’accepter MÊME si on ne peut vivre sans sa dose de …Fox quotidienne !

    Perso je suis sous traitement Firefox depuis la version 1.8. Et j’en suis accro complètement.
    Au point que j’ai des haut-le-cœur et des convulsions lorsque ma femme me dit “cherche sur Google” !!!

    Je sais …Google et Firefox c’est pas le même “truc” …mais on se comprend … tout est question de confidentialité et de ” protection des données ” ! N’est-ce pas ? On est d’accord 🙂

    Pour en revenir à trucFox …pour rien au monde je ne basculerais sous un autre Navigateur …plutôt vendre mon âme au Diable …oui oui 🙂

    Et pour en revenir au sujet principal : Je lâche Firefox Quantum et je quitte Firerox ESR pour vivre désormais avec WATERFOX.

    Pourquoi ?
    D’abord : Quantum pour moi c’est du copié/coller de Chrome et je peux pas …non vraiment pas !
    Ensuite : la version dite ESR …bha merde quoi c’est encore moins possible et à commencer par une simple raison : l’incompatibilité des Modules !!!

    Oui Oui je sais …les modules c’est “pas tout” dans un navigateur mais y’a des limites …surtout aujourd’hui niveau sécurité navigateur.
    Et pourtant j’ai essayé de faire un effort, de suivre mon traitement Firefox jusqu’au bout et de réduire progressivement pour éviter de chuter grave mais quand je veux installer uMatrix sur Firefox ESR et QUE JE PEUX PAS BORDEL parce que la version ESR est marquée version 52.07 et des poussière et qu’il faut une version 56.0 MINIMUM pour installer les Modules les plus indispensables et les plus PRIORITAIRE comme Decentraleyes …uMatrix et j’en passe et des MEILLEURS et bha moi je dis tchaô baille baille Firefox …que ce soit Version Quantum ou ESR …c’est tout point barre et VIVEMENT Waterfox 🙂 : ) …oui carrément !

    Alors on peut lire ici et là que faut SURTOUT PA utiliser Waterfox car “le gars qui gère” il est en retard question mise à jour sécurité ….blablabla et re blablabla ….ok dac mais en retard de quelques semaines max …donc c’est pas non plus la mort.

    Et perso je préfère un Waterfox en retard de quelques semaines/mois niveau mise à jour MAIS nickel niveau protection type uMatrix qu’une version ESR que je ne peux pas protéger. POINT .

    En clair, voilà quoi …je vais m’arrêter là parce que y’a long à dire sur le sujet mais je suis content d’avoir exprimer ma colère contre FF Quantum et mon plaisir à cohabiter avec Waterfox.

    A bon entendeur 🙂

  2. david

    bonjour,

    je suis passe sous WF voila un an. j’utilisais comme moteur de recherche Startpage avec sous le coude Searx.

    depuis bientot un mois j’essaie d’utiliser le metamoteur Searx comme moteur principale avec WF. j’ai pris la version searx supportee par la Quadraturedunet.

    si vous connaissez Searx, il est possible de configurer les moteurs de recherche desires. or impossible de garder cette config sachant que ma config de WF est:
    vider tout l’historique a la fermeture de wf sauf preferences de site et donnees de site
    accepter les cookies/accepter les cookies[jamais] & les conserver jusqu’a [la fermeture de wf]
    dans les exceptions de cookies, j’y ai mis celle de searx.*

    est ce que quelqu’un a reussi a faire cohabiter ces deux outils avec cet objectif de ne rien garder comme cookies* et historique?

  3. papylib

    Bonjour, je suis utilisateur de firefox depuis des lustres mais trop c’est trop! je viens de voir votre dossier; merci beaucoup! j’ai donc installé waterfox 56.2.3 en le passant en français facilement grâce à vous, j’ai réussi à installé le module “tab mix plus” qui me manque cruellement dans firefox mais ça coince au niveau des marques pages. Au moment de l’installation de waterfox j’ai coché le rapatriement
    des données de firefox, j’ai bien ma barre personnelle pleine mais tout le reste des marques page est vide! si je tente de les importer depuis le fichier d’exportation de firefox placé dans le bureau rien ne se passe…
    Merci de m’aider

  4. Maxdelap

    Bonjour Papylib,
    Je n’ai pas rencontré ce souci : le rapatriement des marque-pages depuis Firefox s’était effectué sans problème lors de mon installation de Waterfox. Et cela me trouble que chez vous ça ne marche pas non plus depuis le fichier d’exportation. Je n’ai pas eu d’autres échos de cette difficulté que vous rencontrez, et qui est vraiment embêtante en effet.
    Je vous contacte par mail, pour essayer de trouver avec vous une solution. Et si on trouve, ce que j’espère bien, je la mentionnerai dans un nouveau commentaire.
    A bientôt.

  5. Michaël Mahé

    J’utilise waterfox depuis…Je ne’ sais plus mais j’avais lu la première mouture de cette page.
    Pour Papylib : ce que j’ai fait moi : j’ai tout simplement remplacé le profil induit par l’installation de WF par celui de FF, et bien sûr mis à jour le profil.ini avec celui de FF
    Et tout à fonctionné direct…Comme si c’était FF.

    Je ne peux pas expliquer comment faire ça sous windows, je suis sous Linux, mais ça ne doit pas être tellement différent.

  6. Maxy Auteur de l’article

    Merci de votre commentaire constructif, et manifestement utile, puisque Papylib n’est pas le seul à avoir eu ce désagrément.
    Je l’ai aidé à le résoudre, et finalement on l’a réglé définitivement en préférant la version exécutable, plutôt que la version installable.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.