Surveiller la santé du disque dur (HDD)

Récupérer un disque dur défaillant est l’article le plus lu depuis la création de mon site. Mais prévenir la défaillance du disque dur vaut mieux que la guérir, non ? !
Parce que, si cela permet parfois d’éviter la panne, le plus souvent, cela permet au moins de changer de disque avant la catastrophe.

 

Dans cet article, on ne parle que des disques durs mécaniques (HDD), pas des SSD.

Problématique

Les disques durs mécaniques (HDD) actuels sont de bonne qualité : il n’y a plus que 3 marques (Seagate-Samsung-Maxtor, Western Digital-HGST, Toshiba), et la survie de cette technologie ancienne tient désormais à sa fiabilité à bas coût, sachant que les SSD ont déjà un taux de panne inférieur (mais pas forcément une durée de vie aussi longue), mais continuent à coûter plus cher.

Les HDD 3.5″ et 2.5″ doivent durer au moins 4-5 ans dans les conditions normales d’utilisation domestique : j’en ai de 10 ans, des usagers de ma cybercommune aussi, et je viens d’avoir une demande d’aide d’une canadienne qui a un portable Toshiba T2100 de plus de 25 ans et et dont le disque dur porte toujours son Windows 95 d’origine !
Cependant, l’inverse est également vrai : des disques durs neufs ou récents peuvent claquer sans raison évidente. Le taux de retour, pendant la période de garantie du produit donc, d’un “grand cybercommerçant” (LDLC), tourne autour de 0.8 %, taux en baisse chaque année. Ce n’est pas énorme, mais certains modèles peuvent avoir des taux de retour anormalement élevés, comme l’a étudié Hardware.fr.
L’usage intensif en entreprise, surtout dans des conditions difficiles de poussières, de vibration, et de chaleur, limite la durée de vie. C’est pourquoi les analyses de Backblaze sont à relativiser. Il semble que des réallumages fréquents et un usage de type stressant, entraînant une chaleur supérieure à 60°, soient des facteurs aggravants. Mais je n’ai pas trouvé d’étude sérieuse (au plan méthodologique) qui étudie systématiquement les risques de panne et d’usure prématurée.

Un contrôle de bon fonctionnement est souhaitable (en usage domestique) :

  • en début d’utilisation, le taux de retour (de 0 à 5% selon marque et surtout modèle) pendant la période de garantie montre qu’il faut s’assurer de la santé du disque acheté ou fourni dans l’ordinateur acheté ;
  • une fois par an pendant les 3 premières années,
  • une fois par semestre pendant les 2 années suivantes,
  • une fois par mois ensuite,
  • monitoring permanent en cas de signes inquiétants, genre température excessive (> 60°, mais voir les spécifications du fabricant), bruits et grincements, écrans bleus, message d’erreur au démarrage, secteurs défectueux.

Si certains symptômes sont évidents (bruits anormaux, écran bleu), d’autres ne sont repérables qu’avec des moyens de monitoring, qui s’appuient sur la technologie SMART, selon une norme adoptée par tous les fabricants de disques durs, et disponible sur les disques IDE depuis la fin des années 90, et sur les disques SATA depuis qu’ils existent.
J’ai lu plusieurs fois que ce n’était pas une technologie infaillible, et qu’il arrivait que des défaillances surviennent alors que les valeurs SMART étaient bonnes. Et que SMART permettait d’anticiper environ 30 % des défaillances. Donc, la sauvegarde régulière de ses données reste depuis toujours la solution ultime !!!
Ce qui n’empêche pas de contrôler les valeurs SMART de temps en temps, suivant les préconisations indiquées plus haut.

La technologie SMART

Son objet est de surveiller la santé des disques durs en contrôlant divers paramètres du HDD ou du SSD (taux d’erreurs, réallocation de secteurs, température, temps de démarrage…) suivant une liste très longue d’attributs définis par l’industrie.
L’article de Wikipedia donne une information générale, mais aussi un tableau des attributs SMART sur lesquels j’aurai à revenir.
Plus d’informations sur la surveillance de la santé de ses disques durs et le SMART sont disponibles, comme :

– Sur blogmotion ;
– Sur Lea Linux, qui date du début d’implémentation du SMART sur nos appareils domestiques, et qui est surtout orienté Linux of course. Donc les programmes sont à peu près obsolètes (smartlinux sur disquette !), et on doit utiliser son moteur de recherche pour actualiser si possible.
– Sinon, on trouve aussi sur PC astuces, une présentation qui montre en détail comment activer SMART dans son BIOS, comment installer CrystalDiskInfo, et comment s’en servir pour éviter les ennuis, y compris sauvegarder rapidement avant qu’ils arrivent…
– Pour les linuxiens, en plus de l’article de Lea-linux, JeDepanneTonOrdi.

SMART n’est pas forcément disponible sur votre bécane. Pour qu’elle le soit, il faut que votre PC ne soit pas trop vieux et que la carte mère ainsi que le disque dur supportent tous deux le SMART, et que ces deux composants soient compatibles entre eux. Si c’est un appareil récent, c’est probablement le cas, mais vous pouvez vous en assurer en allant dans le BIOS de votre PC. Quelle que soit la marque de votre BIOS (Award, AMI ou Phoenix), il faut chercher dans l’onglet Avancé (Advanced bios features), et regarder ce qui concerne le ou les disques durs, pour vérifier l’état SMART (smart monitoring), qui doit être sur Activé (enabled).
Comme le SMART ralentit un peu les performances de l’ordinateur, le monitoring est facilement désactivé (disabled) par défaut. A vous de modifier le paramètre, pour qu’en cas de problème vous soyez averti par un message d’alerte.
Cette manipulation vaut aussi pour l’UEFI, bien sûr.
Mais si vous ne trouvez pas dans votre BIOS d’indications sur le SMART… c’est qu’il n’est pas disponible pour votre ordi. C’est le cas d’ailleurs sur mon portable Toshiba Satellite P300, qui a un BIOS Phoenix v.3.0, qui ne me permet pas de régler mon disque Hitachi. Toutefois ne désespérez pas, on peut faire autre chose,et continuez donc la lecture de l’article !

Mettre en place la surveillance du ou des HDD

1- vérifier que SMART est activé dans le bios, et sinon le faire en priorité, si cette option existe ;
2- installer un programme de diagnostic du HDD, en préférant un programme portable/non résident si votre HDD est récent, pour ne l’utiliser qu’épisodiquement selon les indications données plus haut ; je donne une liste plus loin.
3- Lancer le scan de votre HDD principal (et d’autres éventuellement par la suite) :
– température : le programme dit si le ou les disques sont dans la zone convenable de température ; s’il chauffe trop, speedfan peut vous permettre d’augmenter la ventilation du boîtier, ce qui n’aura d’effet que si le ou les HDD se trouvent dans des emplacements traversés par le flux d’air des ventilateurs de boîtier.
– Examiner les valeurs SMART, opération fastidieuse et longue (250 attributs quand même !). De ce point de vue, si tous les attributs sont à survoler, les 5 indicateurs les plus importants sont parait-il les suivants d’après Backblaze, relayé par un article utile de Tom’s Hardware.
Voici ces 5 attributs cruciaux, qui, selon leur expérience indiquent une panne imminente :

SMART 5 – Reallocated_Sector_Count.
SMART 187 – Reported_Uncorrectable_Errors.
SMART 188 – Command_Timeout.
SMART 197 – Current_Pending_Sector_Count.
SMART 198 – Offline_Uncorrectable.

Les autres attributs dont la ligne est en rouge dans le tableau de l’article Wikipedia ci-dessus sont également à considérer de près.
Si l’un ou plusieurs de ces attributs-là sont mauvais, c’est que votre disque dur risque vraiment de tomber en panne, et il faut immédiatement sauvegarder tout ce qui doit l’être sur un autre support, puis faire une image disque ou cloner votre disque en vue de le remplacer.

Les programmes de monitoring de disque dur

Éviter d’utiliser d’autres programmes pendant les tests (le conseil ne vaut évidemment pas s’il fonctionne en mode résident). Si vous n’y connaissez rien, choisissez un utilitaire “user friendly” (conçu pour l’utilisateur lambda) avec des tutos en français, que je présente en premier, et qui sont gratuits.

Speedfan

SpeedFan (Almico) – version 4.51 (21/02/2015) pour toutes les versions Windows, qu’on peut franciser par “Configure” onglet options/languages).
Gratuit et très léger, ne le télécharger que sur le site de l’éditeur, pour éviter les programmes trafiqués.
Tuto en français sur le site des francofans de speedfan 😉 : N.B. La version qu’ils proposent de télécharger n’est pas la dernière.
Vous trouverez facilement d’autres tutos sur internet, car c’est un utilitaire très populaire, pour contrôler la vitesse des différents ventilateurs de l’ordi, le voltage et les paramètres du CPU, mais pas seulement : il peut réguler les ventilos en fonction de la température des composants qu’il détecte, dont les HDD qui nous intéressent ici. Ce qui permet de les garder en bonne santé. Le monitoring permet aussi de contrôler les données SMART, et donc de détecter les problèmes éventuels. Même si votre BIOS n’active pas le SMART, vous obtenez les informations et un diagnostic (par “Perform an in-depth on line analysis of this Hard Disk” dans la fenêtre de l’onglet SMART). Voici celui de mon portable P300 :

speedfan_rapport

Il me dit, en anglais certes, que tous les attributs sont au-dessous des limites autorisées par le fabricant, et que les tests sont bons à 100%. Bien ! puisque mon portable et son HDD ont plus de 5 ans.
Quand SpeedFan est ouvert, les paramètres qu’on a choisis (la température du disque, des cores de mon processeur) sont indiqués dans le systray (près de l’horloge).
N.B. SpeedFan n’analyse que les disques internes (vs USB, etc.).

HD Tunes

HD Tunes, en anglais, la version gratuite 2.55 date de fév. 2008 et va jusqu’à Windows 7 x32, la version pro 5.6. date de mai 2015, mais coûte 25 €. La v. pro va jusqu’à W8.x, et est nettement plus complète (Cf. tableau de comparaison entre les 2 versions, sur le site de téléchargement de l’éditeur.
On trouve une traduction française pour la 2.54 (mais qui s’arrête à Vista), et une version portable se promène sur certains sites, mais je ne sais pas quelle confiance leur accorder , et je pense donc préférable de télécharger la version proposée par l’éditeur.
C’est un utilitaire minimaliste, qui permet d’étudier les perfs (onglet benchmark, que l’on peut paramétrer), qui donne des informations synthétiques sur le disque (onglet info), surveille la température en temps réel (voyez par ex. comme elle s’élève pendant les tests), l’onglet Health est le plus important évidemment pour étudier la santé de votre disque, à condition qu’il supporte la fonction SMART, et l’onglet Error Scan permet de faire un test de surface pour voir s’il existe des blocks endommagés (comptez une heure pour un scan non rapide sur un disque de 250 Go).
On trouve un tuto illustré (pour la v. 2.55 gratuite) sur Commentçamarche ou sur 6MA, et sur le site de Malekal, qui utilise la version trial de 5.5, et qui est très évasif concernant la fonction SMART, alors que c’est cela qui est détaillé sur bibou.

Acronis drive monitor

Acronis drive monitor : v. 1.0 built 566 (nov. 2011), pour Windows au moins jusqu’a Seven 32/64 bits, français.

C’est un logiciel gratuit et en français, mais lié aux autres produits payants de la marque (donc si on a True Image, ou Backup & Recovery, disponible dans le pack), Gratuit, mais prenez-le plutôt sur le site de Clubic, car sur le site d’Acronis il faut s’enregistrer… vous devinez pourquoi ?
Il peut prendre en charge les disques externes USB et les disques en RAID, en principe, mais il ne me voit pas un disque sur emplacement hotswap du boîtier.
Mr Xhark (l’auteur du blog) en dit du bien. Pour ma part, je pense qu’il peut convenir surtout aux non-initiés, à ceux qui veulent qu’on leur dise simplement si leur disque est sain ou pose problème, sans fournir beaucoup de détails.
Attention, le programme reste dans le systray, d’où il faut le fermer. Et le désactiver dans la liste des programmes qui se lancent au démarrage (cCleaner fait ça très bien).

HDD Health

HDD Health (PanteraSoft), gratuit, v. 4.2 (juin 2014), anglais, infos claires (mais en anglais), léger, donne infos sur HDD et SSD, contrôle SMART et températures, avec système d’alerte, toutes versions Windows. S’installe dans le system Tray pour un monitoring permanent, que l’on peut désactiver s’il n’y a pas lieu de s’inquiéter (onglet Options). Le programme fournit pas mal d’infos sur le disque, et donne immédiatement l’état de santé global : j’ai eu droit à un “excellent” (“100 % health” : état de santé de 100 %), ainsi que la température atteinte par le disque au moment du test, par ex. 30° pour mon disque. On trouve plus d’infos dans l’onglet Extended drive, avec les “SMART attributes”. Cependant, il n’en détaille que 21, dont il précise en anglais la signification, heureusement car il ne respecte pas la numérotation officielle (celle fournie par Wikipedia). On s’y retrouve donc à peu près.

 HDD Guardian

HDD Guardian, v. 0.6.2 (mars 2015) gratuit et libre (licence GPL)
C’est une adaptation pour Windows, avec interface graphique, du programme pour Linux SmartCTL, et qui fonctionne pour toutes les versions de Windows, français disponible. Seul bémol : requiert Microsoft .net framework 4.0., qui, si vous ne l’avez pas déjà installé pour autre chose, va alourdir un peu votre bécane. Propose toutes les fonctions de surveillance (température et SMART), et on peut même régler certains paramètres des disques comme AAM, APM, etc. de gestion des disques durs. Le tout très simplement.
N.B. 2 disques SAMSUNG requétaient un patch, voir ici.Je ne sais pas si cela s’applique encore à cette version.

CrystalDiskInfo

CrystalDiskInfo (Crystal Dew World) version : 6.5.2 (shizuku, juin 2015) pour toutes les versions de Windows, francisable (onglet Languages). Gratuit (open source licence BSD), lui aussi très connu des pros, car CrystalMark fournit des outils de tests de performances appréciés.
Attention à choisir une version dépourvue d’OpenCandy ! (par ex. la version portable, et vérifiez le MD5 puisqu’il est fourni sur le site de téléchargement OSDN, une alternative japonaise bienvenue à SourceForge).
C’est un utilitaire qui offre la possibilité d’effectuer un diagnostic complet, avec de nombreux réglages de vos disques durs internes et externes, (mécaniques, SSD et USB), permettant d’obtenir la température et diverses autres informations, comme le nombre d’heures de d’utilisation du disque, le nombre de cycle marche/arrêt, l’interface, la vitesse de rotation, les fonctions (AAM, NCQ, TRIM…). On peut faire une copie des résultats et l’ouvrir/la sauvegarder avec un éditeur de texte comme Wordpad.
Je trouve l’interface plus compliquée que celle des autres programmes de cette première liste, et le tableau des SMART est peu compréhensible pour le non-expert. Bien que très connu, surtout des connaisseurs, j’ai hésité à le mettre dans cette première liste, mais bon ! il y a de nombreux tutos.
Tutos (parmi d’autres) : celui d’aidewindows et celui de pcastuces.

Pour Linux

Si vous êtes sur une distribution Linux, l’utilitaire SMART est installé et fonctionnel par défaut. C’est un exemple de la supériorité de Linux pour l’utilisateur ! Sur Ubuntu, Il suffit d’aller sur “Disques” et avec un clic droit d’obtenir les informations utiles en français pour chaque disque y compris SSD (mais il ne marche pas pour les périph externes en USB, par contre ça marche pour les lecteurs e-SATA). Toutes les fonctionnalités proposées par les softs additionnels Windows sont présentes.
Voilà deux captures d’écran qui montrent comment c’est : disques1En cliquant sur la roue crénelée en haut à droite, on obtient cette nouvelle fenêtre :

disques2Je l’ai testé pour Ubuntu 14.10.
Mais sur Debian et dérivées, et je pense sur les autres grandes distributions (OpenSuse, Mandriva, Fedora…) que je n’utilise pas (encore), il existe des équivalents, comme SmartMonTools et son outil GSmartControl, qui pour Debian en tous cas fournit aussi simplement les mêmes informations (en anglais par contre), mais qu’il faut d’abord télécharger et installer par le service Logithèque. Je reparle de SmartMonTools dans ma deuxième liste plus bas (“autres outils de surveillance”), pour les windowsiens, car c’est un utilitaire multi-plateformes.

Utiliser l’utilitaire fourni par le fabricant du disque ou de l’ordinateur

Utilitaires des fabricants

Une autre solution consiste à vérifier le S.M.A.R.T avec l’outil du site du constructeur du disque dur, que l’on peut trouver sur leur site en général. Préférer l’outil pour Windows (ou Linux si…) à celui pour DOS, plus complexe à mettre en œuvre.

Western Digital

Pour Western Digital : utiliser Data lifeguard diagnosis pour Windows ( v. 1.28 en janvier 2015), qui marche de XP à 8 (32/64) ; et choisissez “quick test” et si problèmes détectés “extended test”.

Hitachi

Pour Hitachi (HGST) : utiliser WinDFT (Windows Drive Fitness Test), en v.095.

Seagate

Pour Seagate : utiliser SeaTools pour Windows (v. 1.4.0.2, de XP à 8 en 32/64 bits). L’utilitaire doit fonctionner pour les disques de marques Seagate, Samsung, Maxtor, LaCie, que ce soit en IDE, SATA, SCSI, en USB ou 1394.

Toshiba

Pour Toshiba : Il y a plusieurs outils qui sont Toshiba HD Diagnosis, Toshiba PC Health Monitor, ou le récent Smart Client Manager (2014),que l’on peut trouver en cherchant bien sur leurs divers sites. C’est vrai qu’ils sont normalement fourni avec les utilitaires de leurs portables… sauf que leurs portables ne contiennent pas des disques de leur marque ! moi par ex. j’ai un Satellite P300, qui a un disque Hitachi, et sur leur site on ne trouve que des utilitaires disque pour Fujitsu !…

Enfin , vous pouvez aussi vous replier sur Hiren’s BootCD, voir ci-dessous.

Vous trouverez en effet d’autres utilitaires sur le liveCD de Hiren’s boot CD (dernière version 15.2 qui date de 2013), ce qui peut être intéressant notamment pour les PC un peu anciens, avec des disques de marques disparues. Voici ce qu’il propose :

Pour les disques durs Fujitsu : Fujitsu ATA HDD Diagnostic Tool
Pour les disques durs Hitachi : IBM-Hitachi Drive Fitness Test
Pour les disques durs Maxtor : Maxtor PowerMax
Pour les disques durs Samsung : Samsung HDD Utility
Pour les disques durs Seagate : Seagate SeaTools
Pour les disques durs Toshiba : Toshiba Hard Disk Diagnostic
Pour les disques durs Western Digital : Western Digital Data Lifeguard Tools

Ces utilitaires sont dans la section DOS programs. Pour les marques que je signale plus haut, préférez les télécharger sur le site du constructeur, pour avoir la dernière version. Choisissez l’option Full Scan pour avoir un diagnostic approfondi.
Attention, le scan va prendre des heures, pendant lesquelles il faut laisser votre bécane tranquille.

Utilitaires d’ordinateurs de marque

Certains fabricants d’ordinateurs, portables surtout, incorporent des utilitaires de contrôle de la santé des disques.

Par exemple :
HP  : les PC de marque HP ou Compaq sont vendus avec un pack d’utilitaires, dont un utilitaire pour contrôler la santé du disque dur, accompagné d’un tuto qui explique comment procéder et comment interpréter les résultats.

Toshiba  : Toshiba Smart Client Manager (TSCM) intègre PC Health Monitor depuis fin 2013. Actuellement en v. 2
Un de leurs sites indique la marche à suivre sur les portables Toshiba. Le site Toshiba France est plus évasif. Bref, c’est soit pré-installé sur le portable, soit sur le CD d’installation des pilotes et des logiciels fournis.

Je présume que toutes les autres grandes marques d’ordinateurs en proposent autant. Vérifiez-le, si vous avez un ordi de marque.

Autres outils de surveillance des HDD

Une liste détaillée est fournie par Wikipedia en anglais :
Je ne présente que ceux que je connais au moins un peu.
Pourquoi je ne les ai pas mis dans la première liste ? soit parce qu’ils m’ont paru trop complexes pour l’utilisateur non averti, qu’il n’y a pas de tuto en français, soit parce qu’ils sont payants.

HDD Scan

HDD Scan, v. 3.3., anglais.
Logiciel gratuit, pour Windows jusqu’à 7. C’est un exécutable (pas d’installation), très complet mais très technique. Convient pour HDD IDE/SATA/SCSI, internes et externes (USB, firewire…), y compris SAS, ainsi que les volumes RAID, et les SSD. Il fait des contrôles de température (en donnant la valeur atteinte et la valeur maximum), les tests de surface du disque et tous les SMART. Le site détaille, en anglais comme le logiciel, les différentes fonctions : on voit bien que ce n’est pas pour les débutants.

PhPSysInfo

PhPSysinfo. v. 3.2.2 (juin 2015), anglais.
outil open source (mais pas libre) de monitoring, qui permet de surveiller la santé des disques, et notamment les paramètres SMART. Outil évolutif et que l’on peut adapter à ses besoins. Mais c’est pour les geeks anglophones capables de coder un script PhP.

Je place ici les outils de gestion de disque qu’offrent les packages liveCD Linux, gratuits évidemment. J’ai mis dans la rubrique précédente Hiren’s BootCD. J’ajoute ici :

UBCD

UBCD (Ultimate Boot CD), v. 5.3.5 (mai 2015), toutes versions de Windows.
Vous pouvez télécharger l’ISO sur le site de l’éditeur, en vérifiant la checksum (MD5, SHA-1, SHA-256), et surtout voir la liste et la version des différents utilitaires proposés, bien que ce soit en anglais.
On trouve un tuto sur Hardware.fr pour une version antérieure mais peu importe, ou sur SOSPC20, plus graphique. On voit cependant que ce n’est pas évident à faire pour les utilisateurs lamda, et que d’autre part les outils concernant le contrôle de santé des disques durs ne sont qu’une des multiples rubriques.
N.B. Il existe un autre soft qui s’appelle UBCD4Win, mais il semble en désuétude, et quand j’ai essayé d’aller sur le site de l’éditeur, j’ai eu une redirection vers un site porno. On peut trouver la version 3.6 sur des sites comme Commentçamarche ou Gratilog. Mais c’est pour Windows XP (et éventuellement Vista). Et c’est moins intéressant d’UBCD pour la gestion de disques.

Smartmontools

Smartmontools, v. 6.4 (juin 1015), anglais, libre (GPL).
SmartMonTools a d’abord développé pour Linux, mais multiplateformes (Windows, OS X, BSD, etc.), pour les disques ATA, SATA, SCSI, contient entre autres GSmartControl pour le contrôle SMART. Préférer peut-être la version liveCD, pour un contrôle épisodique normalement suffisant. Sinon, il existe un installeur NSIS pour Windows (toutes versions 32/64 bits), que l’on peut télécharger sur SourceForge.
On peut télécharger uniquement, ou séparément, GSmartControl, sur SourceForge également.
N.B. l’éditeur prévient que cela peut créer une alerte virale chez certains anti-virus ; il s’agit bien entendu d’un faux-positif… ou de l’adware SourceForge ?

.Parmi les programmes payants, voici ceux qui m’ont intéressé :

Hard Disk Sentinel

Hard Disk Sentinel : v. 4.60.8b (juillet 2015), en français, pour Windows jusqu’à 10 en 32 et 64, (en fait multiplateformes), payant (à partir de 23 $).
J’ai hésité à le mettre dans la première liste, car pour l’avoir utilisé un temps je l’ai trouvé simple et pédagogique. J’y ai renoncé car il n’est pas gratuit.
Il fonctionne pour tous types de HDD (ATA, SATA, SCSI ; SAS) y compris externes en USB, e-SATA, SSD. Autre particularité : c’est un programme résident, qui s’installe dans le systray. C’est pour cela d’ailleurs que je l’ai viré, mais si l’on a besoin d’une surveillance régulière parce que le ou les disques donne(nt) des signes de faiblesse, c’est alors un avantage.

Active@hard disk Monitor

Active Hard Disk Monitor (LSoft (Lsoft.net ou disk-monitor.com) v. 3.1.6 (déc. 2012) ; pour DOS, Linux et Windows toutes versions en 32/64 bits. Anglais. Logiciel commercial, mais la version “home” ne coûte que 6 $ , et suffit bien. Ne semble pas évoluer depuis plusieurs années.

HDD Life Pro

HDD Life Pro (BinarySense), payant (à partir de 25 $), v. 4.1.203 (sept. 2014), pour Windows toutes versions, anglais.
surveille la santé de tous les disques (PATA, SATA, SCSI), y compris SSD.
Comme le signale ZDNet, il peut fonctionner en mode préventif et déclencher une alerte en cas de problème. L’interface est simple et immédiatement compréhensible par le néophyte.

Et pour réparer le disque défaillant ?

Tous les logiciels de monitoring présentés dans cet article ne font que décrire la santé du DD, ils ne réparent rien.

Pour réparer :

Lancer un checkdisk

Dans Windows, menu démarrer =>exécuter ; taper cmd
puis dans la console qui s’ouvre taper
chkdsk c : /F/R (où “c” est la lettre attribuée à ton disque dur”

Si la ligne de commande vous rebute, passer par :
Vérification de disques dans Windows

verif_hdd2L’option “vérifier maintenant” ouvre une seconde fenêtre :

wind=_hdd2Un message dit alors que la vérification sera lancée au redémarrage de l’ordi. Il s’agit là encore d’un chkdsk en 5 étapes.
Si vous faites cela en allumant votre ordi le matin au réveil, vous avez le temps de faire votre toilette, d’aller déjeuner et de faire votre gym matinale !

testdisk

testdisk (CGSecurity), v. 7.0 (avril 2015), programme libre (GPL), multi-plateformes, c’est un des outils les plus utilisés des professionnels, mais qui peut aussi servir aux utilisateurs ordinaires ne serait-ce que pour établir un bilan préalable à une intervention de professionnel. La documentation est abondante (voir d’abord sur le site de l’éditeur).
Bien qu’il serve comme son nom l’indique à tester la santé du disque, je le place dans les outils de réparation car c’est là qu’il est le plus utile. Il peut notamment : réparer la table des partitions, récupérer des partitions perdues ; reconstruire le secteur de boot d’un système de fichier (pour Windows, pour MacOS, pour Linux, pour BSD…) ; récupérer le secteur de boot d’une partition pour les différents systèmes d’exploitation, etc.

Victoria

Victoria pour Windows est un outil spécialisé dans le diagnostic des disques durs. Il est en effet capable de scanner la surface d’un disque dur et de forcer la réallocation des secteurs défectueux. Il est également possible de connaitre l’état SMART du disque dur et de régler certain paramètres (AAM, cache,…). C’est un soft très ancien, et qui ne semble plus maintenu. La dernière version semble être la 4.46b, qui date de 2008, et qu’on peut trouver sur Softpedia (entre autres, mais faites de toutes façons attention où vous mettez les pieds). Malgré ces restrictions, il est TRES complet, gratuit, et semble utilisable au moins jusqu’à Windows 7. Il permet entre autres un diagnostic “low level” pour tous les types de disques. A déconseiller pour l’utilisateur lambda. Voir ce qu’en dit, si vous speakez english, le site hardware-today.

MHDD

MHDD (Dimitri Postigan) : v. 4.6, multi-plateformes , en ligne de commande.
Je cite en outre cet outil mythique, à réserver aux experts, et que personnellement je n’ai jamais utilisé : c’est un outil de diagnostic low level (bas niveau), pour scanner tous types de disques (IDE, SATA, SCSI, USB, sur l’aspect mécanique et les valeurs SMART. Il est capable de réparer les secteurs défectueux, et d’autres dysfonctionnements du disque dur.
Lire ce qu’en dit un professionnel sur son site Deadharddrive.
et le télécharger sur le site HDD Guru (le site propose d’autres utilitaires, dont certains dont je parle ici, mais dans des versions obsolètes).

HDD Regenerator

HDD Regenerator (Dmitriy Primochenko).
Si je n’avais pas acquis ce produit il y a quelques années, je ne le signalerais pas, car la recherche du produit n’est pas rassurante : on ne sait pas trop quel est le site légal, les mentions légales sont vides, les indications de version (changelog) absents, les prix différents mais en augmentation sensible alors que le produit ne semble pas avoir évolué… Et sur le forum d’aide, où s’expriment des gens qui ont eu des problèmes, il est invariablement répondu qu’il faut fournir le n° du produit, parce que les produits obtenus ailleurs ne sont pas pris en charge.
Mais il est réellement efficace (je l’ai utilisé et vérifié sur plusieurs HDD – mais attention, il ne convient pas du tout pour les SSD), pour la récupération des secteurs défectueux. En outre, il est utilisable par tout un chacun, avec des fonctionnalités intéressantes comme la possibilité d’interrompre et de reprendre le test de surface ou la réparation (et comme ça dure très très longtemps, c’est fort appréciable !).
Voir ce que j’en dis dans l’article Récupérer un disque dur défaillant.
Mais à 100 $ maintenant, il vaut mieux acheter un autre DD quand on voit que celui qu’on a présente des signes inquiétants !

Lire surtout mon article n° 6

Mon article : Récupérer un disque dur défaillant, vous aidera à aller plus loin en matière de récupération de données et de réparation de disque.

3 réflexions au sujet de « Surveiller la santé du disque dur (HDD) »

  1. AKSOUL

    Bonsoir,
    J’ai utilisé le logiciel CrystalDiskInfo pour tester le disque dur de mon PC.Je voudrais faire une copie
    du résultat pour pouvoir le transmettre à la personne qui me dépanne. Pourriez -vous m’expliquer comment
    procéder car j’ai essayé en tapant Ctrl+C mais ça n’a pas marché.
    D’avance je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *