Retours d’expérience sur des boîtiers

Je mets dans cette rubrique mes retours d’expérience avec le hardware, en les classant par composant.

Ici les boîtiers.

 

1. Un boîtier silencieux et pas cher (le CoolerMaster N400)

Un visiteur m’a demandé de le conseiller sur l’acquisition d’un boîtier silencieux pas cher.
C’est vrai que les modèles que j’évoque dans mon article Matos > Monter un PC silencieux et wattophobe > Boîtier silencieux ou/et bien refroidi ? sont plutôt chers, surtout si l’on considère qu’ils sont fournis sans alimentation, et parfois sans (suffisamment de) ventilateurs.

Voici la réponse que je lui ai faite :
Moins les boîtiers sont chers, moins ils offrent du silence. Ce qui n’est pas surprenant d’ailleurs, car le boîtier lui-même doit être assez épais et bien conçu pour la ventilation si l’on veut qu’il amortisse les bruits, et les autres composants doivent eux-mêmes être conçus pour limiter les nuisances sonores. Je pense à l’alimentation : les alimentations silencieuses sont chères, et d’ailleurs Il faut aussi qu’elles soient un peu “surdimensionnées” (par ex. 500 W pour une config qui n’en réclame que 350 W, pour que son ventilo tourne lentement le plus souvent). Le boîtier doit être équipé de ventilateurs silencieux, plus chers que les autres, et si l’on peut éviter un processeur trop puissant, il ne faut pourtant pas lésiner sur le ventirad, les Intel qui sont vendus avec le processeur étant réputés bruyants. Et prendre un processeur qui soit basse consommation/basse fréquence comme je l’explique sur mon site, il y en a chez AMD et chez Intel, et qui intègre une puce graphique, pour éviter d’avoir à acquérir une carte graphique, toujours trop bruyante et grande consommatrice d’énergie.

Mais la question m’a titillé, car je suis ennemi des dépenses exagérées, et elle m’est revenue en boomerang quand ma fille, qui a des moyens limités, m’a demandé de lui monter un nouvel ordinateur.

Mon choix s’est arrêté sur le boîtier CoolerMaster N400, pour répondre à ses exigences qui étaient d’avoir un boîtier Moyenne Tour avec 2 USB 3 et 2 USB 2 en façade. Les autres boîtiers qui avaient retenu mon attention n’avaient que 1 ou 2 ports USB 2, quelquefois 1 ou 2 ports USB 3, mais c’est le seul dans cette catégorie d’entrée de gamme à être aussi bien doté avec 2 USB 3 et 2 USB 2. Je les aurai préférés positionnés en haut plutôt qu’au milieu de la façade, mais au moins ils ne sont pas en bas.
Contrairement à mes préconisations sur les boîtiers silencieux, il est très léger, fait de tôle mince et pleine de “mesh”. Mais ma fille s’en fiche un peu du bruit, elle qui fait de l’informatique en regardant la télé le long d’une rue hyper passante… Mais j’ai quand même réussi à lui monter un PC de bureau relativement silencieux !

D’abord, le N400 est fourni avec 2 ventilos de la marque, qui sont discrets, et qui ventilent correctement. On peut faire mieux évidemment, mais c’est plus cher. On pourrait en rajouter plusieurs autres, mais ce n’était pas nécessaire pour notre config. C’est une Moyenne Tour assez vaste, permettant une bonne ventilation, et la cage pour les disques durs est telle que j’ai éloigné les 2 HDD et le SSD loin les uns des autres, facilitant l’aération.
Seule bizarrerie, d’ailleurs, le “truc” proposé pour placer dans un coin improbable un SSD. Mais il y a suffisamment de place dans la cage à HDD pour y mettre le SSD, à condition d’avoir à disposition, ce qui était mon cas, un adaptateur 2,5 pouces, car le machin de CoolerMaster n’a pas la dimension voulue, honte à eux.

C’est une des rares critiques que j’aie à fournir, car bien que ce soit un boîtier “entrée de gamme”, on sent la maîtrise de CoolerMaster dans la conception du produit. Par exemple, un montage sans outils, une grille pour l’évacuation directe du ventilo de l’alimentation placée en bas, un panneau arrière aussi facile à enlever que celui d’avant, une ouverture dans la cloison de la carte-mère pour faciliter le montage des ventirads compliqués.
En fait, à ce propos, sur une carte-mère Asus H97-Plus de dernière génération (H97 plutôt que Z97, car ma fille ne fera évidemment pas d’overclooking), j’ai posé un processeur Intel i5 4570S (S pour basse consommation, mais puissante puisqu’avec fonction hyperthreading).
Et j’ai gardé, au moins provisoirement, le ventirad fourni par Intel avec le processeur. Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas fait cela, mais comme je l’ai dit, il fallait serrer le budget, ma fille n’est pas trop exigeante en matière de bruit, et les tests de Tom’s Hardware sur les ventirads bons marché que j’ai consultés étaient encourageants.
Et il s’avère que le résultat est satisfaisant : comme la config est peu puissante, avec un processeur Intel Haswell dont le taux de dissipation n’est que de 65 W, intégrant une puce graphique HD 4600 qui évite de s’équiper d’une carte graphique, le boîtier ne chauffe pas et consomme peu. La ventilation reste donc modérée dans presque toutes les situations de travail et le bruit dégagé est faible. Même le ventirad Intel reste très discret ! On verra si ce constat perdure dans le temps, évidemment. Mais la conception du boîtier permettrait de changer de ventirad sans difficulté, si besoin. Quant au ventilo de l’alim (une CoolerMaster G450M), on ne l’entend pas du tout.

Les critiques ? outre celle dont j’ai parlé plus haut concernant le dispositif de fixation des SSD, on peut éventuellement regretter l’absence de passe câbles, mais surtout on peut dire que, si CoolerMaster fait d’excellents produits, … ils sont accompagnés de notices d’utilisation/modes d’emploi vraiment nulles ! Ce jugement ne se limite pas au N400, d’ailleurs, mais à tous les autres produits de la marque. Et n’espérez pas trouver mieux sur leur site, ce sont les mêmes que sur papier…

2. Mini-PC Asrock Beebox-S 7200U

L’essentiel de ce que j’ai à dire sur ce mini-PC est dans l’article Mon miniPC aussi souffre de la cancule, que j’avais d’abord placé dans cette rubrique Tests de matos, mais que j’ai finalement déplacé dans Bidouillages.

Je rajoute ici simplement ce que j’ai à préciser sur le boîtier au format barebone.

Pour moi qui monte régulièrement des PC au format Moyenne Tour, c’est évidemment un peu surprenant d’avoir un PC plutôt puissant (Intel Core i5 Kaby Lake + 8 Go de RAM DDR4, avec 2 SSD dont un en PCI-Express au format M.2, et une connectique évoluée : ports USB 3.1 dont 1 de type C, connecteurs Vidéos DisplayPort et 2 HDMI, Gigabit Ethernet, Wifi AC et Bluetooth 4.0). Tout ça dans un volume de 118 x 110 x 65 mm ! et un poids total, une fois tout installé, de 560 grammes !

Le boîtier noir est sobre, discret. On peut éventuellement l’accrocher avec une plaque VESA (fournie) à l’arrière de son écran. Ce que je n’ai évidemment pas fait, car être obligé d’aller derrière mon écran de grande taille pour accéder à la connectique du boitier, c’est tout sauf pratique. En outre, comme je l’explique dans l’article cité plus haut, ce boîtier fanless (sans ventilation interne) chauffe vite, et j’ai donc été obligé de lui adjoindre un ventilo externe, donc exit la “fixation murale”.

Que vaut le boîtier lui-même ? Bof ! C’est du plastique pas très rigide, ce qui pose un problème inattendu : si vous appuyez dessus pour y introduire une clé USB par exemple, cela éteint l’appareil… ou ça l’allume s’il était éteint. Bizarre, hein ! J’ai fini par comprendre que, comme le bouton marche/arrêt est sur le dessus du boîtier, qu’il faut juste appuyer légèrement pour le déclencher… poser sa main assez fermement sur le plastique souple produit le même effet ! Mais essayez donc d’enfoncer une clé USB sans tenir cet appareil si léger ! Après ça, je me suis acheté un hub USB, et je ne touche plus jamais le boîtier lui-même, en l’allumant avec la télécommande (fournie aussi).

Ouvrir le boîtier n’est pas difficile, le couvercle est maintenu par 4 longues vis, il faut juste un petit tournevis cruciforme, comme ceux que j’utilise pour bidouiller les ordinateurs portables. L’intérieur est suffisamment vaste pour y placer les éléments qui ne sont pas vendus avec l’appareil : un disque SSD au format 2.5 “, les barrettes RAM au format SoDIMM (c’est-à-dire des barrettes de portables), et un autre SSD au format M.2. Concernant ce composant, que je n’avais encore jamais utilisé, prenez-le pour cet appareil plutôt en 2260 qu’en 2280, il sera plus facile à installer.
Il faut être particulièrement prudent pour effectuer ces manips, même si vous avez comme moi l’habitude de monter des ordinateurs. L’espace intérieur est vraiment rikiki, et les fausses manoeuvres interdites. C’est en installant ce M.2 en taille 2280 que j’ai dessoudé un des câbles du module Wi-Fi, que j’ai été incapable de réparer moi-même. Donc retour de l’appareil, vidé des composants que j’y avais laborieusement installés, chez le fabricant. Ca m’a permis de constater que le SAV d’Asrock est de qualité, qu’il a très bien réalisé la réparation, pour un prix raisonnable. Seul bémol, ça m’a privé de mon joujou tout neuf deux bons mois…
Evidemment, on ne peut pas faire avec ce genre de boîtiers comme avec les tours, grandes ou petites, en montant un à un l’ensemble des composants nécessaires. En tous cas moi je n’essaierai jamais : l’espace est trop restreint pour que ce soit réalisable par un particulier sans équipement spécial.

Pour en revenir à l’ouverture du boîtier, ce n’est pas difficile, mais il ne faut sans doute pas le faire trop souvent sans risquer de fausser les vis. Quand on referme le couvercle, éviter d’ailleurs de trop serrer, je crois que plusieurs plantages étaient plutôt dûs à ce qu’on étouffe vite sous ce couvercle, car comme je le dis dans l’autre article, c’est plein comme un oeuf là-dedans, et ça chauffe.
J’ai lu beaucoup de commentaires sur les NUC et autres barebones. Les modèles puissants sont rarement fanless, ou les fabricants développent des formes ingénieuses pour évacuer la chaleur, au point de ressembler parfois à un radiateur CPU  😉 Je n’ai pas lu jusqu’ici de commentaires concernant une surchauffe de l’appareil, provoquant des reboots régulièrement. Ai-je eu de la malchance avec celui-ci ?